Qu’est-ce qu’un bon prof?

Le Nouvel Observateur a tenté de répondre à la question, dans le contexte où la campagne présidentielle en France «leur accorde le premier rôle». Il faut dire que les enseignants ne trouvent pas nécessairement «jojo» toute cette attention dont ils sont l’objet.

«Pas contents, les enseignants. Ils accusent Nicolas Sarkozy de vouloir cisailler leurs effectifs, reprochent à Ségolène Royal de flinguer la carte scolaire et font grève contre le décret Robien qui augmente leur temps de travail tout en les incitant à enseigner deux disciplines… À les entendre, il n’y aurait guère que l’agrégé de lettres classiques François Bayrou pour les comprendre !» (Les hyperliens sont miens…)

Voici quand même quelques éléments de réponses qui m’ont frappé à la lecture du dossier du Nouvel Obs…

  • Sa pédagogie. «Ce qui fait la différence entre un professeur et un autre, ce n’est pas tant le grade qu’il a obtenu que ses pratiques, son expérience, la façon dont il sait prendre la classe». Marie Duru-Bellat, sociologue de l’éducation.
  • Sa bienveillance. «Il est bienveillant et équitable. Il inculque autant des savoirs que des méthodes de travail, pour permettre aux élèves plus fragiles de devenir autonomes.» Philippe Meirieu, pédagogue.
  • Sa capacité d’adaptation. «Le bon pédagogue sait adapter ses pratiques à son public. Il sait qu’avec les élèves aisés on est plus efficace en étant un peu raide. Alors qu’avec les élèves de milieux populaires il faut être chaleureux pour leur donner confiance». Marie Duru-Bellat, sociologue de l’éducation.
  • Sa puissance de motivation. «On est un bon prof si on est heureux dans son métier» et que faut-il pour éprouver un tel contentement? D’abord et avant tout, des élèves qu’on parvient à motiver, c’est le coeur du métier; et bien sûr un bon climat dans l’établissement; du travail en équipe; une direction qui vous épaule et des projets porteurs.» Claudine Ouhioun, professeur d’anglais à Paris.
  • Ses stratégies pour réussir la relation humaine.. «Je marche dans la salle de classe, alterne les explications et les questions. Quand un élève prend la parole, il participe, c’est bien. J’ai le souci d’entendre les silencieux, les absents momentanés, les échappés chroniques. J’essaie de les valoriser. Il faut gérer l’hétérogénéité, arriver à faire avancer tout le monde. L’enseignement est un métier physique. Il faut de la présence. Une heure de cours pompe beaucoup d’énergie. On est bon quand on est dans un état d’ouverture et de disponibilité. Si on est vide à l’intérieur, on ne peut pas échanger.» Fabienne Veyriès, professeur de lettres au lycée Michelet de Montauban.
  • Son ouverture à construire l’élève. «Le but n’est pas que le professeur « fasse le programme », mais que l’élève y parvienne. C’est le jeune qui joue la pièce, c’est lui qu’on applaudit. Ça demande intelligence, talent et maîtrise. Le prof n’est pas un comédien. Il doit savoir trouver la bonne distance par rapport à l’élève : ni trop loin ni trop près, comme le bon médecin…» Hervé Hamon, auteur de «Tant qu’il y aura des profs» et de «Tant qu’il y aura des élèves» (Seuil, 2004).
  • Sa disponibilité au travail d’équipe.. «Je passe mes soirées en ligne, à préparer mes cours. J’échange des méthodes avec des instituteurs du monde entier, grâce à des listes de diffusion.» Ben Aïda, professeur des écoles.
  • Son engagement profond dans sa communauté. «Engagé totalement dans l’animation du lycée, au point d’épuiser parfois ses collègues – «Jeannaux? Il est tuant», plaisante le proviseur -, il s’investit également dans la vie de sa banlieue. Son énergie? Il suppose, pudiquement, qu’elle lui vient de son jardin secret, dont même ceux qui le connaissent bien au lycée ignoraient l’existence, ou la force: sa profonde foi religieuse. «C’est sans doute cela qui me donne cette envie de rencontrer les autres.» Alain Jeannaux, professeur de physique au lycée Charlie-Chaplin.
  • Sa passion pour le domaine dans lequel il évolue. «On sent qu’il aime sa matière et qu’il fait tout pour nous la faire aimer… à la différence d’autres profs, glisse l’un d’eux [les élèves].» Alain Jeannaux, professeur de physique au lycée Charlie-Chaplin.
  • Sa rigueur et sa constance. «René marque à la culotte. Il demande de l’attention, du travail, de l’écoute. Il veut de la dynamique autour de lui. Pas toujours évident. Affaire de discipline? Pas seulement. Il en faut, mais il ne faut pas que le jeune ait peur. Il faut trouver le juste milieu.» René Caracciolo, professeur d’électricité au lycée Eugène-Montel.

Et pour lire ce qui inspire chez un vrai bon prof, il faut parcourir ce texte en entier, témoignages de personnalités qui racontent «le maître» d’école qui les a marqués…
Mise à jour du 17 mars 2008: Sur une note plus humoristique, la lecture de ce billet d’un «prof, envers et contre tout» complète très bien «le topo», «Comment reconnaître un enseignant?»…
Mise à jour du 3 juillet 2009: Par l’entremise d’un gazouillis de Michel Monette, je découvre ce «Vox pop» de spécialistes du domaine fait par l’Université de Montréal «qu’est-ce qu’un bon prof?».
Mise à jour du 6 septembre 2009: Dans le contexte d’un dossier du Soleil de Québec sur l’évaluation des enseignants, un article répertorie 16 critères qui servent à évaluer les enseignants ontariens dans, «Portrait-robot d’un bon prof».
Mise à jour du 6 janvier 2010: Maintenant, c’est un élève qui identifie les caractéristiques «de l’enseignant parfait»: «Donner le goût à ses élèves d’apprendre, amabilité, crédibilité et érudition».
Mise à jour du 24 juin 2010: Dans cette vidéo de moins de trois minutes, Philippe Meirieu explique l’essentiel de l’acte pédagogique: «1°) mobiliser les élèves : il s’agit de leur permettre de s’engager dans un apprentissage en stimulant leur intelligence et leur curiosité. 2°) structurer les savoirs, c’est-à-dire organiser et formaliser ce qui a été découvert. 3°) accompagner individuellement les parcours».
Mise à jour du 16 août 2010: Autre bon texte sur le même sujet sur le blogue de Philippe Watrelot, Président du CRAP-Cahiers Pédagogiques.
Mise à jour du 25 décembre 2010: Un bon prof, c’est aussi quelqu’un qui prend des risques
Ajout : Cette courte vidéo complète bien les informations précédentes…


Mise à jour du 3 novembre 2013: « L’art d’enseigner au XXIe siècle »
Mise à jour du 30 avril 2014: Pas tout à fait sur le sujet, mais complémentaire : « « Pourquoi t’es prof? »

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Qu’est-ce qu’un bon prof?

  1. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Sept mois plus tard… Aucune conversation suivant ce bilet. Bizarre. Ça reste un sujet chaud pourtant…
    Et ce matin, un excellent billet de Patrick Giroux qui reprend le contenu dans ses mots. À lire. C’est vraiment bien.
    Enfin, me vient aussi cette caractéristique du bon prof que Thomas De Koninck aime bien citer en premier: «Faire naître l’enthousiasme».
    À suivre… ici ou chez Patrick!

  2. Avatar de FrancoisGuite FrancoisGuite dit :

    C’est le charme des blogues, n’est-ce pas? Les billets ont cette capacité de ressusciter ;-)
    Tu fais une fameuse synthèse des qualités soulignées par divers auteurs.
    Je me permets, en guise de complément, d’ajouter deux billets où j’ai abordé cette question :
    http://www.opossum.ca/guitef/archives/003805.html
    http://www.opossum.ca/guitef/archives/003814.html

  3. ostiane dit :

    Ma contribution au débat…petit complément d’enquête sur le métier d’enseignant
    Sur BLOG BLEU PRIMAIRE
    http://lewebpedagogique.com/ostiane/2008/02/05/petit-complement-d%e2%80%99enquete-sur-le-metier-d%e2%80%99enseignant/

  4. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Et hier, c’est le Prof masqué qui posait la question; il a obtenu quelques réponses, dont celle-ci, «Un/e bon/ne prof est la personne qui transmet le désir d’apprendre et de se dépasser». Ça me fait penser à ce que De Koninck disait

    «Le premier défi de l’enseignement est, en effet, bien plutôt, de faire naître l’enthousiasme. Il faut cultiver par tous les moyens l’intérêt, provoquer le besoin d’apprendre, éveiller la passion de connaître, le sens de l’urgence des questions, susciter la joie de la découverte. Il faut savoir ménager l’attente, de ne pas tout dire d’emblée, mais en dire assez pour que l’étudiante ou l’étudiant nourrisse la passion de parfaire son propre apprentissage.»

  5. Avatar de florencecour florencecour dit :

    Mon fils, 11 ans, parlant avec regret du professeur d’histoire qu’il avait à l’âge de 9 et 10 ans :
    « Je l’écoutais comme s’il allait me révéler l’emplacement d’un trésor. »
    Depuis sa rentrée au collège, il n’a fait que copier sous la dictée et apprendre par coeur.
    C’était d’ailleurs le cas avec les professeurs dans la plupart des matières : nous avons opté pour l’école à la maison.

  6. ostiane dit :

    Encore et toujours d’actualité!
    http://www.charmeux.fr/blog/index.php?2008/09/11/88-etre-prof-qu-est-ce-que-ca-veut-dire
    A bientôt Mario, j’aime venir lire vos partages, vos passions, vos questions, vos souvenirs…
    Ostiane
    Blog Bleu Primaire

  7. Avatar de MichaelLD MichaelLD dit :

    Ceci me donne beaucoup à réfléchir. Dans mon article, je présentais de façon assez générale les caractéristiques de l’enseignant parfait, alors qu’ici, vous ciblez plusieurs qualités, chacune expliquée à l’aide d’une citation.
    Excellent!

  8. Avatar de PatrickGiroux PatrickGiroux dit :

    Pour plusieurs raisons, le billet que Mario cite dans son premier commentaire a changé d’URL. On le trouve maintenant ici: http://pedagotic.uqac.ca/?post/2007/11/23/442-qu-est-ce-qu-un-bon-prof Les commentaires ont tous suivis!

  9. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Merci Patrick de nous avoir signalé le lien brisé. J’ai fait la correction à même le commentaire ;-)

  10. Ping : Ils forment le Québec – Vue politique – Voir.ca

  11. Ping : PISA 2012 : Une tendance à la baisse confirmée, mais le Québec n’a pas à paniquer ! | Mario tout de go

Laisser un commentaire