Le pouvoir de la conversation

De mon arrivée à la non-conférence EduBloggerCon à mon départ du Centre des Congrès en sortant de l’atelier animé par Will Richardson, j’ai appris grâce au pouvoir des conversations. En tant qu’éducateur, je vois bien que le monde est de plus en plus complexe. Je constate que la connaissance abonde, que la collaboration est devenue une norme et que les étudiants peuvent commencer à construire des réseaux et des communautés bien au-delà des murs de la classe.
Je vois bien que mon travail demeure de combattre cette idée reçue qu’on ne rencontre pas souvent du «vrai» et qu’il y a un lieu et un endroit bien défini pour apprendre. Je reviens d’Atlanta animé plus que jamais par la conviction que la classe doit préparer les étudiants à un futur qu’ils ont déjà commencé à bâtir en étant constamment connectés, et en liens les uns avec les autres. Je veux bien composer avec ces «oui… mais»; seulement, je veux qu’on réalise que les jeunes utilisent déjà toutes ces technologies qu’ils aiment. Je veux aussi qu’on cesse de croire que si on attend assez longtemps, ces outils prisés des jeunes vont disparaître. Il me semble que nous avons le devoir de les aider à comprendre comment les utiliser pour grandir, en toute sécurité, avec efficacité et un grand respect.
Je choisis le pouvoir de la conversation.
Comme dirait Will, «… et tant mieux si tout ça vous fait peur! Ça veut dire que vous vous en faites pour le futur des jeunes…»

N.B. Technorati Tags: necc2007 EduBloggerCon2007 vers_education_deuxpointzero

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Le pouvoir de la conversation

  1. Martin dit :

    En complément à la citation de Will Richardson, il se peut aussi que la peur émane aussi d’un futur incertain qui va possiblement modifier les fondements même de la pédagogie et son rapport au savoir. Grâce ou à cause des TIC, la profession enseignante est à réinventer avec toute l’incertitude que cela comporte; c’est aussi cela qui fait peur!
    Donc, en tant que société, nous devons nous poser la question suivante: Devons-nous être proactif ou attendre que le train passe et que la profession enseignante se fasse redéfinir par d’autres? Avons-nous notre mot à dire dans la mise en place de l’éducation 2.0?
    Je vous invite à lire ce billet de Mme Meichel:
    http://florencemeichel.blogspot.com/2007/06/transnets-blog-archive-ducation-20-la.html
    Serait-ce le temps de parler du concept « Éducation 2.0″ au Québec?

  2. Avatar de DarrenDraper DarrenDraper dit :

    Mario-
    It was great to meet you and speak with you at NECC. Keep up the good work,
    Darren Draper

  3. Missmath dit :

    Le point soulevé par Martin (et évidemment par les propos de Monsieur Asselin) est d’autant plus important que, du moins dans ma région, il y a un renouvellement important du corps enseignant. Chez nous, par exemple, plus de la moitié du département prendra sa retraite dans les trois prochaines années. Les jeunes arrivent, c’est le temps de sauter dans le train et de mettre en place l’éducation 2.0.

  4. Martin dit :

    Pour faire suite au propos de Missmath, je pense qu’il serait intéressant de développer des outils pour soutenir les nouveaux enseignants dans leur processus de formation continue. Le Web 2.0 permet la création de communauté de pratique professionnelle. Ce qui manque, c’est de mentors pour les accompagner. De cette façon, les mentors développeraient leur expertise et il serait possible de démontrer de façon contextualisé qu’il est possible de redéfinir le rôle de l’enseignant, et par le fait même, celui de l’école. Une école ouverte sur sa communauté!
    Les jeunes enseignants sont (ou devraient être) sensibilisés à l’une des composantes de la compétence professionnelle TIC: Utiliser les TIC pour la formation continue. Donc, je pense que le Web 2.0 peut et doit répondre au besoin.

  5. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Thanks Darren for your good words…
    Merci Missmath et Martin de permettre qu’une conversation puisse naître de ce billet. Dans la foulée de vos commentaires, dans l’idée qu’il est toujours mieux de se demander qu’est-ce qu’on peut faire soi-même pour agir que de «pelleter» à d’autres cette responsabilité et enfin, dans l’esprit que je rejoins votre point de vue sur une certaine urgence de cheminer davantage en éducation animés par ce que permet les outils du «Web 2.0» au Québec et dans toute la francophonie…
    Que diriez-vous d’une non-conférence en fin d’août sur ce thème?
    Je nous vois, édublogueurs, gens qui croient aux possibilités des outils du Web 2.0 pour mieux construire l’école et éducateurs préoccupés à mieux travailler en «communauté d’apprenants», je nous vois PROFITER d’un événement construit sur un wiki, sans frais d’inscription, dans une école (ou un autre lieu) où la technologie fonctionne. Il me semble que ça partirait bien l’année scolaire que de se parler dans la face à l’aide des blogues, des wikis et de d’autres outils collaboratifs pour aider à construire davantage de «classe 2.0» (cette expression m’énerve un peu, mais bon…). Aucune pub que celle de nos réseaux, quelques ateliers animés par des gens «willing», plusieurs discussions ouvertes sur des sujets identifiés sur le wiki de l’événement et le moins possible de truc technique. Une non-conférence centrée sur la pédagogie du Web 2.0 et sur l’école que ça prend pour y arriver?
    Ça vous dit???

  6. Martin dit :

    Fin août! Pourquoi pas! L’idée me plait beaucoup.
    Tout dépend de l’état des dossiers que je dois mener dans ma C.s., mais je serais disponible dans le semaine du 20 août.
    As-tu l’intention d’en faire la promotion (par l’entremise de l’Infobourg par exemple)?

  7. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Je crois que chacun de nous devrait en faire la promotion dans son réseau…
    Que dirais-tu du mardi 21 août?
    Je vois un événement d’une journée pour limiter les frais reliés à de l’hébergement. Dans quelle ville est-ce qu’on devrait chercher un lieu pour tenir la conférence… est-ce que Montréal pourrait regrouper un maximum de participants? Personnellement, j’aimerais bien Québec, mais j’aimerais viser à ce qu’il y ait un maximum de participants. Aussi, à Montréal, je connais une personne en lien avec le SAT qui pourrait peut-être nous faciliter les choses pour la tenue d’un événement comme une «non-conférence» du type «barcamp-éducation 2.0».
    Tu pourrais consulter quelques personnes-ressources du Récit, histoire de sonder l’intérêt? Dans ma tête, tenir une non-conférence sur ce thème sans la participation d’un nombre substantiel de membres de votre groupe ne revêt pas le même genre de pertinence pour moi. Je me trompe peut-être, mais il me semble que si on veut être sérieux dans une recherche d’impact dans les classes du Québec, ça passe par la participation du Récit (en partie du moins); j’aime bien l’idée d’ouvrir sur une pespective large, la francophonie disons, mais à court terme, il me semble qu’il faut s’assurer que quelques personnes-clées au Québec (dont vous êtes, non?) aient aussi un intérêt pour ce genre de rassemblement ;-)
    L’événement peut se tenir sans le Récit, je n’en fais pas une condition… entendons-nous bien; mais ce serait intéressant de savoir ce que les gens autour de toi dans cette organisation en pense avant d’ouvrir un page wiki sur ce sujet…

  8. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    J’y pense…
    David Warlick est à Fredericton les 16 et 17 août; je pourrais sûrement le convaincre de passer par Québec (ou Montréal) avant qu’il retourne en Caroline où il habite. À ce moment, il faudrait que l’événement ait lieu le samedi 18 août…
    Des réactions à une «non-conférence éducation 2.0»? avec David Warlick comme participant le 17 ou le 21 ou à un autre moment ou pas du tout?

  9. Martin dit :

    Wow! Ça va vite en ce dimanche matin!
    Bon! Samedi le 18 août! Ouen! C’est que ma C.s. participe au Camp d’été TIC de la région 03-12. Je vais être à l’extérieur pour une semaine. Difficile à passer sur mon C.A. une journée supplémentaire! J’ai peur de me retrouver avec mes valises sur la galerie ;o) Avant d’être animateur au Service local du RÉCIT, je suis d’abord et avant tout père d’une petite famille de trois jeunes enfants .
    Je ne sais pourquoi, dans mon enthousiasme, j’ai présumé que la non-conférence éducation 2.0 aurait lieu à Québec. Je demeure à 1h30 de Québec; C’est facile pour moi de m’y rendre et de revenir dans la même journée!
    Enfin, pour le RÉCIT! Tout d’abord, je ne peux m’engager pour l’organisation. Ensuite, le moment de l’année pour faire l’annonce spontanée de l’évènement n’est pas des plus stratégique. La majorité de mes collègues sont parti en vacances vendredi et ils sont pour la plupart en mode décrochage de l’ordinateur; donc difficile à rejoindre.
    Je crois à la non-conférence éducation 2.0! Mais, dans mon cas, le « timming » n’y est pas.
    Mon humble avis: Si nous voulons avoir de l’impact, il faudrait repousser la non-conférence à la mi-septembre et viser Québec, le temps de s’organiser. En tout cas, ce serait plus facilitant pour moi.
    Désolé de faire le rabat-joie…

  10. Avatar de C.-A.Bachand C.-A.Bachand dit :

    J’y serai avec des cloches!! Et j’en parle à mes collègues RepTIC (http://www.reptic.qc.ca ). Si je puis aider à quelque chose, laissez-le-moi savoir.

  11. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Merci de ta réponse Martin. Ne soit pas désolé… Il faut composer avec le fait que la période julllet-août ne soit pas propice au réseautage et tu nous le soulignes judicieusement. Tu comprendras que je suis encore sur «les vibes» de mon séjour à Atlanta et qu’il me tarde de voir se réunir TOUT ce qu’il y a de force créatrice en éducation francophone à quelque part.
    Merci à toi aussi Charles-Antoine. Tu peux aider assurément. J’ai ouvert une page wiki sur wikispaces pour construire l’événement et ton aide (et celle des gens de ton réseau) sera précieuse.
    Je n’exclus pas encore le scénario de la semaine du 20 août, mais le report à la mi-septembre est une possibilité également. Comme je le mentionnais, je crois qu’il faut favoriser «l’agenda» des personnes-ressources du Récit parce qu’ils occupent une place de choix dans les solutions à l’avènement d’une école plus «deux point zéro»… Continuons d’échanger et de solliter nos réseaux.
    N.B. Je me suis dit que wikispaces avait l’avantage d’être un lieu neutre. Je me suis dit que c’était aussi l’occasion de mieux connaître ce moteur wiki. Enfin, c’est sur ce moteur que les edublogger construisent leurs événements… donc, il y a davantage de possibilités de se garder en lien avec eux en utilisant cet outil… On peut continuer la conversation ici tout en commençant le travail sur le wiki de la « Non-conférence «Éducation 2.0» »

  12. Avatar de RobertoGauvin RobertoGauvin dit :

    Oui, oui et oui !!! Excellente idée !!! J’apporte ma guitare au besoin…

Laisser un commentaire