La puissance de la conversation

Je viens de terminer mon intervention à l’événement organisé par Percolab. La formule «conversation» est vraiment intéressante. Le fait d’avoir pu échanger avec Samantha devant les gens, et de cette façon, «passer» quand même du contenu me paraît une bonne stratégie. Comme le disait l’animatrice Jacqueline, «ça agit en déclencheur de conversations» et les échanges avec l’auditoire ont été plus riches…
Nous avons expliqué l’origine de nos démarches telles que l’indiquent les deux fiches de nos présentations (Fr ou En, désolé pour les petites coquilles contenues dans ces documents).
Une des questions arrivée par une personne de la salle m’a beaucoup frappé; elle concerne les stratégies que j’utilise pour cultiver le lien avec la communauté. J’ai expliqué jusqu’à quel point il restait important pour moi de continuer sur mon blogue à me parler plutôt que d’essayer de communiquer avec un auditoire particulier. Ce n’est pas toujours facile, mais ça me paraît essentiel pour conserver mon ton personnel. Autrement dit, je n’écris pas pour obtenir des commentaires. Ensuite, je me fais un devoir d’animer la conversation sur mon blogue (quand ça arrive qu’il y ait suffisamment de commentaires pour parler d’une conversation…) en répondant aux gens, en leur posant une question parfois, ou en relançant la discussion… Enfin, une autre clé est aussi de visiter les espaces des gens qui laissent parfois «leur adresse» dans leur signature. Ça me paraît très important d’aller participer aux conversations (quand c’est possible) et de créer des liens ailleurs que chez nous…
Je suis très emballé par la façon dont la rencontre a débuté. La discussion est bien engagée et je suis en train d’écouter la conversation de ceux qui nous ont suivi sur l’estrade. C’est intéressant de voir que les démarches des deux autres intervenants agissent aussi sur l’estime de soi des participants. J’aime bien la phrase que vient de prononcer Daniel Poulin de Emploi-Québec: «Quand les gens prennent connaissance du résultat de leur démarche de construction de portfolio, ils sont impressionnés de voir en un seul endroit tout ce qu’ils sont capables de faire!» Sans doute que les gens qui expérimentent l’exercice de faire le bilan de leurs compétences ne trouvent pas facile la démarche, mais c’est intéressant d’avoir le feedback que plusieurs ont le sentiment d’être davantage des «personnes» que des «c.v.» ou des «dossiers», au moment de regarder le portrait de ce que ça donne.
Le document contenant les fiches des autres intervenants est trop lourd pour que je puisse le téléverser d’où je suis, mais dès demain, je tenterai de le joindre à ce billets. Il y a beaucoup de richesses dans la diversité de ces projets de portfolios d’autant plus qu’elles ont un rayonnement international.
N.B. Mots-clés: « ePMontreal08 » « ePortfolio » « identité numérique » « ePconversations08 »

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire