50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation

Inspirée par le texte de Chris Brogan «50 ideas for using Twitter in Business», Carol Cooper-Taylor a publié récemment «50 Ideas on Using Twitter for Education». À partir d’une invitation de Yann Leroux sur Twitter, nous nous sommes mis en tête ce matin de traduire cet article en français, et, ma foi, le résultat n’est pas trop mal…
Sous l’hyperlien plus bas, on pourra consulter le produit du travail d’équipe de Yann Leroux, Émilie Ogez, Lilian Mahoukou, Florence Meichel, Thierry de Baillon, Hubert Guillaud et moi-même, accompli en très peu de temps…

Mise à jour en P.M.: Tant qu’à écrire sur Twitter, autant compléter l’information par deux bons billets qui se suivent l’un et l’autre, «15 façons de dire non aux twitters snobs» et «La politesse des foules».

Mise à jour du 29 août 2009: Un autre bon billet (et les commentaires à la suite) pour comprendre comment la sérendipité et Twitter sont intimement liés, «Les couloirs numeriques».


50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation
Premiers pas
1- Ouvrez un compte. Utilisez Twitter search et faites des recherches sur votre nom, celui de votre école, collège, lycée, ou université. Faites des recherches en fonction de vos intérêts (l’écoute vient toujours en premier).
2- Ajoutez une photo de vous. Les gens veulent vous voir. Quelle sorte de photo – c’est votre choix, il y a une belle démonstration de ce que veut dire la diversité sur ce sujet.
3- Ne vous contentez pas de twitter sur ce qui tourne autour de vous. Parlez aux autres, intéressez-vous à ce qu’ils font aussi.
4- Mettez en avant les choses intéressantes qui se passent dans votre classe (quelle que soit la forme que cela prend)
5- Partagez des liens vers votre institution et/ou communauté. Prenez soin de ce que vous partagez
6- Ne vous répandez pas en excuses. Rendez-vous plutôt utile.
7- Ne faites pas que dans l’autopromotion. Aidez plutôt les autres
8- Prenez garde à ne pas faire que la promotion de vos activités. Vos fans (c’est-à-dire maman) adoreront. Mais, heureusement, vous êtes également au service des autres. Mettez en avant vos étudiants, mais soyez attentif à maintenir l’anonymat, particulièrement en ce qui concerne les enfants.
9- Soyez humain.
10- Parlez aussi d’autres choses qu’uniquement d’éducation. Il y a une vie en dehors de la classe.
Quelques idées à propos de QUOI twitter ?
11- Au lieu de répondre à la question « qu’êtes-vous en train de faire? », répondez à la question « qu’est-ce qui vous captive? »
12- Ayez plus d’une personne qui twitte dans votre milieu. Les gens peuvent partir, pendre des vacances. Misez sur la diversité.
13- Losrque vous faites la promotion d’un billet de blogue, posez une question ou élaborer sur ce « qui vient après » au lieu simplement d’envoyer un lien, bêtement.
14- Posez des questions. Twitter est super pour avoir des avis.
15- Suivez des personnes intéressantes. Si vous trouvez quelqu’un qui twitte des choses intéressantes, regardez qui il suit et suivez-le!
16- Twittez à propos des préoccupations des gens – soyez humain
Twittez à propos de ce qui intéresse les autres. Mettez en avant votre côté humain
17- Lorsque vous traitez de ce qui vous concerne, soyez concret (faites en sorte d’être utile)? Donnez des conseils, rédigez des billets de blogue, faites des photos, etc.
18- Partagez le côté humain de votre institution. Si vous pensez à tweeter, cela signifie que vous croyez aux bénéfices des médias sociaux pour les connexions humaines. Faites nous découvrir des images et d’autres choses « humaines ».
19- Ne prêchez pas trop pour votre paroisse.
20- Ou si vous le faites, prêchez aussi pour celle des autres
Quelques astuces pour vous
21- Vous n’êtes pas obligé de lire chaque tweet. Certaines personnes en suivent des milliers, mais ne peuvent pas tout lire.
22- Vous n’êtes pas obligé de répondre à l’ensemble des tweets qui vous sont adressés (répondez à quelques-uns, mais ne vous sentez pas coupables)
23- Utilisez le canal de messages privés si vous n’êtes pas sûr que vos échanges intéressent le plus grand nombre
24- Utilisez des services comme Twitter Search afin de surveiller ce que l’on dit sur vous. Et participez, quand cela est nécessaire.
25- Les clients comme Tweetdeck et Twhirl facilitent grandement votre utilisation de Twitter. J’utilise l’add-on TwitterFox sur Firefox.
26- Si vous twittez toute la journée, vous ne serez pas populaire auprès de vos collègues ou de votre patron.
27- Si vous twittez toute la journée, vos étudiants vous feront part de leur mécontentement.
28- Apprenez rapidement à utiliser les raccourciceurs d’URL comme TinyURL et d’autres.
29- Si quelqu’un vous dit que vous n’utilisez pas correctement Twitter, oubliez-le. Les gens sont libres de ne plus vous suivre.
30- Commenter les tweets de vos contacts et faire des retweets sont d’excellents moyens de construire une communauté
Les gens négatifs vous objecteront
31- Twitter prend du temps
32- Twitter vous éloigne de l’enseignement
33- Sans stratégie, c’est juste un coup de clavier dans l’eau…
34- Il y a d’autres façons de faire cela
35- Cela ne remplace pas le face-à-face (qui a dit que cela le remplaçait?).
36- Twitter est bogué et n’est pas fait pour l’éducation.
37- Twitter c’est pour les nerds, pas pour les enseignants.
38- Il n’y a que quelques millions de personnes sur twitter (seulement).
39- Twitter ne remplace pas le courriel.
40- Twitter expose l’institution à plus de critiques et d’accrochages.
Quelques idées positives à leur répliquer
41- Twitter contribue à bien organiser des rencontres spontanées.
42- Twitter agit comme pourrait le faire un sondage.
43- Twitter peut aider à diriger les étudiants vers quelques points d’intérêt
44- Twitter dans la classe aide à créer un autre canal d’objectivation, en arrière plan (« backchannel »)
45- Twitter transmet les informations plus rapidement que n’importe quel autre média (spécialement si l’information a un impact sur les «Net citoyens»)
46- Twitter donne un aperçu des avantages de la messagerie instantanée pour les entreprises. (Souvenez-vous du concept de «présence» dans les années 90)
47- Twitter fait se rencontrer les grands esprits et donne chaque jour l’opportunité d’apprendre (si c’est votre objectif et/ou si vous suivez les bonnes personnes)
48- Twitter donne une tribune à ceux qui vous critiquent, mais cela vous procure l’avantage d’y réfléchir.
49- Twitter peut vous aider en matière de formation continue et en termes de recrutement d’enseignants.
50- Twitter peut augmenter le feedback provenant des parents.

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à 50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation

  1. Avatar de JacquesCool JacquesCool dit :

    Excellent. Tombe à point. Je partage demain, via Adobe Connect, avec des étudiants en éducation de l’UdeMoncton. Un des sujets prévus: Twitter en éducation :-)

  2. Avatar de Missmath Missmath dit :

    Voilà 50 – 10 idées pour utiliser Twitter.
    Elles n’ont rien de spécifiques à l’éducation, à mon avis.
    La liste n’en demeure pas moins fort pertinente.
    Merci !

  3. Avatar de Valerie Valerie dit :

    Un peu sceptique…
    Dans notre société actuelle, il semble qu’à chaque tendance corresponde souvent un produit dérivé. Nous avions les courriels, puis les salles de clavardage sont nées. Ce fut ensuite au phénomène Facebook d’envahir nos écrans. Nous avons maintenant les blogues, et les Twitter apparaissent. Je suis tout à fait d’accord avec l’idée d’intégrer les TIC dans l’enseignement. D’ailleurs, je vois d’un œil plus que positif les enseignantes et enseignants qui s’efforcent d’en faire une de leur priorité, compte tenu du contexte actuel d’évolution constante. Nous sommes à l’ère numérique, ne le nions pas.
    Et pourtant, il me semble un peu difficile de voir en quoi un Twitter pourrait être utile dans un contexte d’enseignement. Le billet « 50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation » dénombre plusieurs « avantages » à ce nouveau médium dans un cadre scolaire. Je soutiens, pour ma part, qu’il se veut plutôt réducteur, voire superficiel (chaque intervention est limitée à 140 caractères, soient deux ou trois phrases, tout au plus), et qu’un simple blogue ferait tout aussi bien l’affaire.
    En effet, je vois mal un outil qui restreint les interventions à 140 caractères peut «créer un autre canal d’objectivation ». Si tel est le cas, alors quelqu’un peut-il m’expliquer comment un enfant peut réfléchir sur ses apprentissages et en communiquer les résultats aisément dans un espace aussi restreint?
    À l’argument « Twitter donne une tribune à ceux qui vous critiquent, mais cela vous procure l’avantage d’y réfléchir », j’oppose que cela ne constitue aucunement une nouveauté, puisque les blogues le permettent tout autant. En contrepartie, la limite de 140 caractères imposée par les Twitter – j’y reviens encore! – le font ressembler davantage à un surgissement intempestif ou à une sorte de pourriel quotidien, qu’à un réel outil de réflexion et d’apprentissage.
    En bref, ce n’est pas que je trouve le phénomène « Twitter » en soit inutile. Au contraire, cet outil représente une nouvelle interface de communication dynamique à explorer. Cependant, je ne vois tout simplement pas son utilité ni ses avantages dans en contexte scolaire. D’après moi, l’utilisation d’un blogue au sein d’une classe constitue une meilleure solution de communication et d’ouverture qui intègre les TIC. Au contraire du Twitter, le blogue ne limite pas les participants dans la longueur des messages qu’ils souhaitent produire. Aussi, puisque tous peuvent y intervenir et qu’il est gratuit à concevoir, au même titre que pour un Twitter, le blogue demeure un outil qui procure à l’enfant une vision d’ouverture sur le monde. En ce qui concerne les rétroactions parentales, elles sont tout aussi possible sur un blog. Je persiste et je signe : un blogue plutôt qu’un Twitter en classe s’il vous plaît!

  4. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    @Jacques… Tu nous en reparles?
    @Missmath… Vrai que le caractère très spécifique à l’éducation n’est pas là.
    @Valérie… Les sceptiques sont les bienvenues. D’ailleurs ce billets a comme titre «50 idées»… à nous de voir s’il y a une ou deux BONNES idées dans ces cinquante-moins-dix pistes ;-) Si je ne suis pas encore certain moi non-plus que Twitter est si applicable en classe actuellement, je vous rejoins sur l’utilité hors de tout doute du blogue.

  5. Je souscris aux arguments de Valérie. Il me semble en effet que dans un contexte éducatif -ou scientifique- le blogue peut faire tout ce que twitter peut faire, en mieux.
    Mieux: pas de limite d’espace, et pourtant obligation de ramasser ses idées, ne serait-ce que pendant quelques minutes, avant de mettre un billet en ligne. Résultat, au lieu d’avoir 2 ou 3 messages twitter, on a un billet, qui résume un peu mieux notre pensée. Dans notre monde où nous sommes déjà sur-bombardés d’infos, ça me semble être un argument important.
    Objection possible: le twitter sert quand on a juste à signaler une idée rapide ou une adresse URL à la sauvette. Certes. Mais pourquoi est-ce que ça ne pourrait pas attendre 10 minutes, le temps que vous nous disiez dans un billet pourquoi et pour qui est cette adresse?

  6. J’ai très hâte d’expérimenter Twitter en canal d’arrière-plan dans ma classe d’histoire secondaire.
    Les élèves pourront souligner leurs difficultés pendant le travail coopératif. Certains se proposeront alors pour les aider, ne serait-ce que ceux que je sais que j’ai pisté. J’observe le tout par des petits messages succints pas distrayants. Le reste de mon temps s’avère mieux investi.

  7. Ping : social didattici | Pearltrees

  8. Je ferai un effort pour apprendre davantage et appliquer toutes ces idées .

Laisser un commentaire