Internet, coaching et compétition: l’équation à inventer

J’ai passé la journée d’aujourd’hui en très bonne compagnie au Congrès Sport-études 2009 réunissant entraîneurs, professeurs, responsables institutionnels et dirigeants du MELS. Une salle pleine de gens réceptifs en début d’avant-midi dans un format «présentation formelle», suivi de deux ateliers pratiques à l’aide de «iPod Touch» gracieuseté de Apple Canada qui avait accepté de mettre à notre disposition plusieurs appareils pour que les participants puissent «s’essayer» et expérimenter. Voici le texte qui devait mettre en appétit les quelque trois cents personnes présentes:

«L’esprit d’équipe, voilà un beau sujet pour une intervention auprès de sportifs! Dans un monde où les jeunes nés avec Internet ont quinze ans, où les blogues foisonnent et où le réseautage social par le Web captive l’attention, de nouvelles expressions font leur apparition : fils de nouvelles, Wikipédia, théorie de la longue traîne, utilisation du Web 2.0, travail en communauté de pratique, iPod, baladeurs numériques, etc. Pourtant, les enjeux autour du fait d’apprendre à travailler ensemble en dehors des temps de réunion ne sont pas technologiques. Numérique ne veut pas dire virtuel. Connecter, échanger et contribuer, voilà l’essentiel des ingrédients du mode collaboratif! Les outils d’un Internet qui valorise le contenu généré par les utilisateurs font-ils partie des problèmes ou des solutions? Après cette conférence, vous serez plus à même de voir, dans votre organisation, les façons de choisir les meilleures stratégies, adaptées à votre réalité organisationnelle. Si la communauté vous intéresse, c’est un rendez-vous! Il est à noter que la conférence sera suivie d’un atelier pratique où il sera possible « d’essayer » quelques-uns de ces moyens modernes de communiquer et d’échanger.»

Je reviendrai objectiver ma journée, plus tard en soirée, mais je souhaite dès à présent partager mes diapositives (format «.pdf», contenu volumineux) construites à partir des thèmes qui me sont familiers, adaptées à mes dernières découvertes et surtout, au monde sportif. J’ai débuté ma présentation par la vidéo, «Le Saviez-vous?» et plusieurs personnes m’ont demandé le lien; les voici… en français et en anglais. À la fin, j’ai aussi utilisé l’excellent reportage mettant en vedette Antoine Moussy et sa judicieuse utilisation des iPods en classe.

Comme souvent, j’ai préparé mon intervention à l’aide de ma communauté et je remercie sincèrement Jacques Cool, André Roux, Samuel Bouchard, Marie Touraille Gaillard et Éric Lacroix pour leurs excellentes suggestions par le biais de Twitter ou de Facebook. Aussi, j’invite Patrick Giroux à ne pas hésiter à nous partager ses suggestions de «bonnes pratiques» en matière de coaching; il n’est jamais trop tard pour bien faire ;-)

J’allais oublier; j’ai beaucoup parlé de blogues aujourd’hui… Le lien vers WordPress est ici:

Retour en soirée…

Je parlais d’objectivation. À chaque fois que je rencontre des éducateurs sur le sujet de l’intégration des nouvelles technologies aux apprentissages, je tente de m’assurer qu’on évite de tomber dans le piège des TICS pour les TICS, alors que les apprentissages, la pédagogie, la culture de réseau et le travail collaboratif doit prendre le plus de place possible. En axant une partie de mon message sur le fait que je comprenais la réalité du gymnase et des autres plateaux sportifs dans lesquels évoluent les gens à qui je m’adresse et que, de ce fait, je voulais les entretenir pendant une portion de temps des possibilités du baladeur en tant qu’outil pour apprendre, je m’exposais à ce qu’on retienne davantage de l’outil que des usages. Disons que je voulais essayer d’être le plus concret possible. J’ai eu l’impression de surprendre les gens avec cette hypothèse que la baladodiffusion pouvait représenter un atout de taille dans cette équation à résoudre avec les variables Internet, coaching et compétition…

J’ai apprécié au plus haut point la réceptivité des gens rencontrés. Je ne crois pas qu’une intervention comme celle d’aujourd’hui va révolutionner la façon dont les différents sports-études vont fonctionner au Québec demain, mais j’ai entendu plusieurs personnes discuter de la façon dont on pouvait mieux collaborer et moins réinventer la roue chacun de son côté. Mes explications sur les fils de nouvelles, entre autres, ont semblé intrigué bien des participants qui avaient peut-être déjà entendu l’expression, mais sans doute pas dans les contextes où je les ai utilisées aujourd’hui. L’idée d’un contenu Internet qui vient vers soi plutôt que l’inverse peut s’avérer porteur d’initiatives, je crois.

Mes collègues Annie Martin de Apple Canada et Martin Comeau avec qui je travaille au quotidien chez Opossum ont apporté un support de tous les instants en atelier, ce qui nous a permis de bien explorer les possibilités d’utilisation des outils technologiques. Se brancher sur Internet avec des iPods Touch avec des codes usagers/mot de passe fournis par l’Hôtel dans un très laps de temps requiert une brigade aussi bien organisée «que la nôtre» l’était aujourd’hui…

J’aimerais bien entendre parler (ou lire) dans les prochains jours des initiatives qui découleraient des réflexions/discussions d’aujourd’hui. Ce serait un plaisir que de pouvoir redonner au secteur des sports et de l’activité physique tout ce que ce domaine m’a apporté dans ma vie d’éducateur.

Mise à jour du 12 février: Excellent suivi de Martine Rioux dans l’Infobourg.

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Internet, coaching et compétition: l’équation à inventer

  1. Avatar de Guy Vézina Guy Vézina dit :

    Comme j’aurais aimé vivre ce type de congrès lorsque j’étais actif. J’avoue toutefois que l’avenir m’apparaît plutôt stressant…à la vitesse où tout se déroule! En espérant que mes petits-enfants seront prêts.
    Je suis toujours fort impressionné par ton blogue cher Mario. Heureux d’apprendre que je suis dans les 11% des aînés (62 +) qui…

Laisser un commentaire