Le connectivisme et les connaissances distribuées

Mise en garde: Ce document fait partie d’un dossier complet produit dans le contexte du colloque «Contenus numériques» se tenant les 4 et 5 février 2010 pour le réseau de l’Université du Québec.
Nous avons donc statué que les sources de connaissance sont multiples et que ces dernières circulent de plus en plus librement. Si l’enseignant reste un des importants transmetteurs de connaissances, sa fonction de guide pouvant contribuer à enseigner les clés de lecture prend énormément de valeur. Tel un harmonique pour le domaine du son, « l’enseignant qui guide » agit en médiateur entre les possibles qui s’offrent à l’apprenant; ça ne signifie pas qu’il se contente de n’être que «guide»; je le rappelle… l’enseignant demeure une source privilégiée de connaissances; il «enseigne» encore… Si parfois, il révèle, si souvent il démontre, il lui faut aussi adopter la posture de celui qui cadre l’analyse devant s’imposer à un apprenant quand il y a plusieurs choix possibles devant lui. Une certaine migration s’impose; on lui demande de devenir meilleur «poseur de questions» après avoir été longtemps «conditionné» à être le meilleur «donneur de réponses».


Cette nouvelle posture devant les données, les informations et «la matière» s’avère nécessaire pour que les apprenants puissent mieux discerner le vrai de l’approximatif, voire, du faux. On peut lutter contre le fait que plusieurs des sources qui influencent l’apprentissage ne soient pas crédibles, mais l’enseignant n’a pas la possibilité de les éliminer, ni de toutes les discréditer, même s’il en avait envie. Si la mise à l’index reste tentante, le meilleur conseil restera toujours d’aider l’apprenant à exercer son jugement critique d’autant plus que de nouveaux réseaux n’ont de cesse d’apparaître ici et là, multipliant les possibilités.
À ce stade-ci, il faut traiter de ceux qui ont documenté un nouveau courant de pensée qui a mené à une théorie de l’apprentissage prenant en compte l’amplitude de l’environnement numérique qui entoure les apprenants: le Connectivisme (Siemens 2005).
François Guité (2004) le caractérise ainsi : «Essentiellement, le connectivisme constitue un modèle d’apprentissage qui reconnaît les bouleversements sociaux occasionnés par les nouvelles technologies, lesquels font en sorte que l’apprentissage n’est plus seulement une activité individualiste et interne, mais est aussi fonction de l’entourage et des outils de communication dont on dispose.»
On voudrait utiliser une formule qui tiendrait mieux compte des contributions de nos réseaux sociaux à nos apprentissages que ce serait difficile de trouver meilleure appellation que «connectivisme». De là à dire que ce sont les facilités avec lesquelles on peut se connecter qui engendre les «bouleversements sociaux»… il n’y a qu’un pas à franchir!
On connaît déjà les connaissances «déclaratives», «procédurales» et «conditionnelles», mais que savions-nous des connaissances «connectives» (ou distribuées [Salomon 1997])? Dans un billet de mon blogue en décembre 2005, je cite Stephen Downes (2005) qui donne une sorte de définition de ce type de connaissance:

«Distributed knowledge adds a third major category to this domain, knowledge that could be described as connective. A property of one entity must lead to or become a property of another entity in order for them to be considered connected; the knowledge that results from such connections is connective knowledge.»

Pour mieux comprendre le connectivisme (ou «neo-socioconstructivisme») on doit regarder du côté de ceux qui l’ont documenté, avant même qu’il ne soit formulé (Hutchins 2000 – Spivey 2008 et Bereiter 1997 [distribution] – Wittgensein 2005, Vygotsky 1996 [externalisation] – Papert 1993, Piaget 1967, Bruner 1990, Bandura 1997 [socialisation]). Aussi, les travaux plus récents de ces auteurs seront précieux pour bien saisir l’importance de ses fondements (Downes, Cross, Richardson, Verhagen, Kerr, Sessums, Fiedler), dont plusieurs qui font partie des blogueurs les plus prolifiques en éducation depuis le début des années 2000.

Un billet d’un enseignant qui s’identifie comme étant Mrs Durff rapporte une sorte de challenge en provenance d’un auteur non-identifié qui décrit bien les avantages de tenir compte des moyens sophistiqués d’accéder à la connaissance. Traduction libre et personnelle.
competition_ecole_mini.jpg
Cliquez sur l’image pour le grand format

Cette idée d’un savoir encapsulé dans un manuel qui attend sa réédition pour s’adapter aux dernières découvertes d’un domaine ne cadre pas avec le concept de connaissances distribuées. Si les apprentissages générés sont si féconds, c’est qu’ils profitent d’une mise à l’épreuve constante des apprenants qui les confrontent avec ce que le réseau «sait»; ceux qui enseignent n’ayant pas à tout faire transiter par leur propre personne, voient leur tâche ainsi facilitée.

Ces deux schémas d’Alec Couros (publiés avec permissions de l’auteur) expriment bien jusqu’à quel point l’enseignant réseauté profite des avantages de la connaissance distribuée; que dire de ses élèves.
typical_teacher_network.jpg
Cliquez pour format original

networkedteacher.jpg
Cliquez pour format original

William Cronon (2007), récipiendaire d’un «MacArthur Fellowship» avait l’habitude d’écrire qu’une personne éduquée est davantage que les autres capable « de voir les interconnexions aussi bien qu’elle voit le sens dans l’ordre des choses, ce qui lui permet d’agir sous un mode beaucoup plus créatif».

Les enseignants, habituellement, préparent leur cours à l’aide de plusieurs sources. Pourtant, la plupart du temps, ils doivent composer avec la contrainte de ne pouvoir offrir qu’un seul manuel pour leurs élèves. On verra dans les prochains textes que la faculté des apprenants à pouvoir devenir eux-mêmes des producteurs de contenu – capacité de diffuser tout genre de textes/sons/images/vidéos sans intermédiaire et sans connaître les langes de programmation – peut contribuer à résoudre l’équation de l’accès aux connaissances dans un mode distribué. Bruno Devauchelle décrit bien comment la numérisation des manuels scolaires risque de s’avérer un révélateur de plus en plus puissant du recul à prendre en tant que pédagogue face aux différentes sources du savoir pour mieux se concentrer sur les clés de lecture:

«Imaginez l’enseignant qui dit à ses élèves « allez sur Internet j’ai déposé cela pour le travail d’aujourd’hui, cliquez sur les liens vous y trouverez les ressources pour la séquence » au lieu du traditionnel «prenez votre manuel page 134» ou « ouvrez votre livre au chapitre 4 ». De fait on va peut-être entendre « allez sur la page numérisée du manuel…. »… Et puis on va aussi voir des élèves commencer eux-mêmes à remplir et compléter les manuels numériques de leurs propres trouvailles…. quand ce n’est pas simplement un blog qui remplace le manuel numérisé. (Devauchelle, 2009)»

Un des impacts les plus systémiques du connectivisme réside dans sa capacité à reconfigurer l’éducation en optimisant la valeur des réseaux. Les liens entre les éléments de connaissances construisent un savoir encore plus intégré, à condition d’accorder de la valeur à la capacité d’objectivation de l’apprenant. Un apprentissage qui n’est pas nommé par celui qui est en train d’apprendre, qui ne passe pas par sa «reconnaissance», ne se transfert pas, très souvent, et demeure volatile. Ce travail à encourager ne fait-il pas partie intégrante de notre tâche d’enseignant?

En favorisant cette «connexion», l’enseignant aide l’apprenant à organiser ses apprentissages, à partir de ce qu’il sait déjà. Toute nouvelle matière s’intègre mieux quand on permet à l’apprenant d’activer ce qu’il sait déjà du sujet. Le connectivisme est en quelque sorte «poussé» par la compréhension du processus décisionnel de l’apprenant. Voici en terminant comment on pourrait résumer certains principes de base de cette théorie d’apprentissage (Siemens 2005):

  • Apprentissage et connaissance émergent dans la diversité des sources.
  • Apprendre est un processus qui peut passer par l’interconnexion de nœuds
    spécialisés ou de sources d’information.
  • Les apprentissages peuvent survenir à l’aide de dispositifs externes aux êtres humains.
  • La capacité d’apprendre à apprendre est plus sophistiquée que ce que l’on sait du domaine, actuellement.
  • Encourager et maintenir des connexions est nécessaire pour faciliter l’apprentissage en continu.
  • L’habileté à repérer des connexions entre des champs, des sujets, des idées et des concepts est une compétence de base.
  • La valeur (précise, en terme de connaissances mise à jour) est l’intention de toutes les activités d’apprentissage connectiviste.
  • La prise de décision est en soi un processus d’apprentissage. Sélectionner l’information qui s’offre, c’est interpréter à travers la lentille d’une réalité en constante transformation. Bien qu’il y ait une vérité à un moment donné, cette même «vérité» peut s’avérer fausse le lendemain en raison de modifications dans les informations ambiantes qui influencent les décisions.

Mise à jour du 12 août 2013 : Annick Arsenault Carter a réalisé un Prezi sur le sujet qui constitue un excellent complément d’infomations…

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le connectivisme et les connaissances distribuées

  1. Hier, pour aider ma conjointe qui se bat avec l’histoire du Québec pour un travail d’analyse qu’elle prépare pour ses cours à distance, je me suis mis en recherche d’information sur le web.
    Ah, j’ai trouvé bien des informations… après beaucoup d’ouvertures et de fermetures de page web. J’en ai imprimé plein pour pouvoir lire attentivement et comprendre, mettre le crayon au travail de me faire faire des liens, de souligner des éléments à retenir…
    Mais finalement, c’est un vieux manuel d’histoire assez bien fait dans les années 80 pour les jeunes avec plein de moyen dynamique (pour un manuel, il y en a eu!) qui m’a fourni le support le plus pratique pour avoir une structure organisée qui me présentait un portrait global pour répondre à plein de questions que l’examen des documents trouvés laissait en suspens.
    Pour moi, le problème du rejet de la formation unique dirigé, de suivre le parcours organisé qu’on prend le temps de bien intégrer, est qu’on se coupe à mon sens d’un ingrédient de l’apprentissage important.
    Avant de partir sur le chemin et se perdre dans les information, il est bon d’étudier un peu la carte.
    Je ne sais pas si l’analyse touffue et pluridirectionnelle propre au recherche sur le web mène à la cristallisation d’une représentation mentale assez stable qui permet de greffer les nouveaux apports de connaissances ou d’informations dans un repère structuré.
    Je pense que l’école de base peut travailler à offrir ces cartes mentales dans les nombreux domaines de base. Pour moi, elles ont constitué un départ pour ma vie intellectuelle.
    Évidemment, en formation post-secondaire, l’apprentissage de la synthèse et de l’analyse est grandement servi par l’apparition du web. Mais pensons-y, si la plupart des adultes qui ont appris à synthétiser avec des sources plus limitées dans un contexte pré-web n’avait pas acquis d’abord l’organisation en observant les manuels organisés, les parcours préparés par un adulte habilité, nous serait-il aussi facile de jongler dans l’univers diffus du web?
    J’observe pour ma part, chez des proches qui n’ont jamais fait un parcours universitaire traditionnel (pré-web), qu’il succombe aisément aux mythes d’internet, qu’ils n’ont pas la capacité d’organiser une collection d’informations et s’enthousiasment pour des projets irréalistes avant de s’enflammer pour un autre aussi insensé et ainsi naviguer d’idées lumineuses en idées lumineuses sans jamais trop produire quoi que ce soit.
    Leur manquerait-il la discipline de se structurer? Et quelque autres habiletés, que nos formation d’antan nous donnait patiemment. Je pose la question.
    Le vite vite malheureusement est souvent fort superficiel. C’est-à-dire qu’il produit des unités isolés de compréhension qui manquent de perspective et qu’on peut difficilement saisir dans un ensemble cohérent.
    Même si le savoir pouvait être contrôlé, il avait l’avantage d’être organisé, vérifié, discuté sur des bases communes ou entendus. Avec l’éclatement des sources, les erreurs se multiplient, les mythes se répandent et dans notre petit coin d’univers sans référent stable pour s’appuyer, comment peut-on apprendre à discerner le vrai du faux, l’essentiel de l’accessoire?
    Qui dans cette tour de Babel moderne hi-tech va nous donner le «la» (la note)?
    Vos dossiers sont intéressants. Je me demande si l’on peut aussi réfléchir avec prudence l’enthousiasme de votre perspective. Comme transmetteur du savoir ou des méthodes du savoir, n’avons-nous pas aussi le devoir de réfréner notre enthousiasme et d’évaluer les conséquences de telles innovations? Et d’essayer de trouver une posture intelligente face à cette émergence de moyens qui nous hypnotise en ce moment par sa nouveauté…
    L’héritage de l’humanité pensante peut-il être rendu caduque par une simple invention?

  2. Avatar de GaelPLANTIN GaelPLANTIN dit :

    La rédaction de ces cartes initiatrices, c’est un peu ce que propose JogTheWeb et son dérivé pédagogique Jog EDUC.

  3. Avatar de Rick Rick dit :

    «Vos dossiers sont intéressants. Je me demande si l’on peut aussi réfléchir avec prudence l’enthousiasme de votre perspective. Comme transmetteur du savoir ou des méthodes du savoir, n’avons-nous pas aussi le devoir de réfréner notre enthousiasme et d’évaluer les conséquences de telles innovations?»
    Je me permets de vous mettre en face d’un miroir simple : est-ce que l’éducation telle que conçue dans la période industrielle (éducation = socialisation = presque formatage éducatif, avec d’autres outils pour formater la personnalité que l’éducation bien entendu) n’est pas critiquable en soi ?
    Je pense que nous devons nous-mêmes appliquer la méthode scientifique sur ces choix de société : quelle méthode d’apprentissage est :
    1) plus efficace
    2) plus libre (favorise la créativité, l’esprit critique)
    3) Capable d’atteindre une pensée complexe, ou l’acceptation de la complexité du monde, toutes les pluralités, et tout en étant capable de prendre des décisions, peut être et sûrement meilleurs.
    Vous parlez peut-être de risque socioculturel ? L’informatique ?
    Je vous dis que c’est avant tout dans la forme du système, comme le dit Siemens, apprendre c’est connecter, cela a toujours était ainsi : sauf qu’on connecte aujourd’hui à une somme d’information globale (qu’un éducateur ne peu plus suivre : pardonnez-moi d’être concret).
    Pour revenir à la forme: le danger c’est l’information non libre : et étatisée, contrôlée : ce qui équivaudrait à un nouveau totalitarisme créant de jolis robots ( est-ce mieux aujourd’hui ?).
    Si l’information est libre, critiquable et pouvant être travaillé, avancer alors là, c’est une nouvelle société qui verrait le jour.
    Si vous analysez les décisions politiques actuelles : vous comprendrez ce qui se joue maintenant : ce qu’il y a dans la tête des gens par l’éducation , par l’Internet. On ne veut pas seulement contrôler Internet contre les téléchargements : mais pour contrôler l’information qui est libre et légale : je demande à voir comment va évoluer également Wikipédia ( veuillez noter ce point ).
    Par nature Internet favorise les gros sites (dans son fonctionnement), il y a quelque gros sites libres qui gênent Wikipedia, jamendo, de sites d’information, etc. : tout un réseau de pensée subversive (n’est ce pas, et l’échange n’est-ce pas une économie ? veuillez également vous tourner sur ce point l’économie libre dans une société ou le travail ne veux plus rien dire si tout est faisable par des robots, et on ne sait que faire des sans-travail, peut être les laisser mourir ? : ne me croyez pas , faites des recherches ).

  4. Ping : Théories et approches | Pearltrees

Laisser un commentaire