L’essentiel de mon message au Webcom Montréal 2010

Ce mercredi 26 mai 2010 entre 14 h 10 et 14 h 50, j’aurai l’occasion d’intervenir au Webcom Montréal 2010. Les gens qui auront choisi «la piste» Relations Publiques 2.0 assisteront à ma présentation portant le titre Profession: gestionnaire de communauté !. Aujourd’hui, entre deux baignades (il faisait plus de trente degrés au Québec aujourd’hui), j’ai pris le temps de passer en revue tout ce que j’ai pu écrire sur les communautés. Aussi, j’ai parcouru ce que quelques collègues ont pu raconter sur ce beau sujet des communautés et de ceux qui les animent. Seulement ce soir, Luc Legay (mon collègue des Explorateurs du Web) m’a fourni du matériel de grande qualité que je n’hésiterai pas à utiliser. Il y a tellement à dire…

Mercredi matin, j’écouterai attentivement la conférence de Jimmy Wales, un homme du domaine qui m’inspire beaucoup ayant co-fondé un des projets les plus utopiques qu’il puisse exister, un site d’information où les articles peuvent changer au gré des gens qui passent. Je ne pourrai pas être en compagnie des gens du Web dans les rencontres informelles du mardi soir étant retenu à Québec, mais je compte bien en profiter tout au long de la journée de mercredi, au WebCamp en particulier, pour discuter avec mes compagnons qui font souvent des rencontres de corridor plusieurs des moments les plus appréciés de ce type d’événement. Je pourrai renouer avec une autre de mes collègues Explorateur du Web, Emilie Ogez, de passage pour discuter wikis et Twitter.

Enfin, il y a plusieurs autres moments que je ne veux pas rater au Webcom, dont les interventions «WebTweet», une nouvelle piste, cette année…

Mais ce soir, ce qui me préoccupe, c’est de pouvoir écrire en une phrase l’essentiel de ce que je veux dire aux gens qui viendront m’entendre mercredi à 14 h 10. Je crois avoir trouvé. Messieurs/Mesdames du domaine des relations publiques…

«Le gestionnaire de communauté n’est pas – en premier – au service de l’entreprise qui l’emploie; pour être efficace et signifiant, il doit agir de façon à bien servir les intérêts des membres de sa communauté !»

Je nous souhaite une belle et bonne journée de Webcom…

N.B. Sur Twitter, il sera possible de suivre le déroulement des activités par le biais de ce hashtag, #webcomMT, pour ce qui est de la conférence en général, et de #WMTD05, en ce qui a trait à mon intervention.

Description de tâches (type) d’un animateur de communauté

  • Rédiger des contenus (billets sur les blogues, commentaires, etc.).
  • Assurer une présence sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, linkedin, etc.).
  • Animer certains lieux de la blogosphère en proposant du contenu, en répondant aux questions, en suscitant des échanges entre membres, etc.
  • Recenser les individus/groupes sur le web pouvant être intéressés par ma communauté, les mettre en valeur et participer à la mise en place d’actions de recrutement de membres en ligne.
  • Renforcer la cohésion de la communauté (lancer des sujets permettant de susciter le débat ou le partage d’expérience, veiller à la qualité des réponses et des critiques).
  • Gérer l’historique et l’archivage des informations concernant la communauté sur le web.
  • Rechercher de nouveaux médias sociaux qui permettraient d’élargir l’audience.
  • Analyser de façon permanente l’audience.
  • Collaborer avec le service des communications pour corriger les problématiques et faire le suivi en ligne.
  • Sensibiliser les membres de la communauté qui sont contributeurs de contenu sur le web à faire attention au référencement, aux mots clés…

Profil (type) d’un animateur de communauté

  • Posséder une vision claire des lieux à investir, des outils à utiliser, des investissements à mettre en place et être capable de proposer et déployer une véritable stratégie de communication Web bidirectionnelle.
  • Acquérir une excellente connaissance de la communauté : environnement socioculturel des membres (langage, codes « sociaux », jargon…), acteurs clefs (personnalités influentes, blogueurs reconnus…), plateformes de discussion, etc.
  • Capacité à maîtriser des techniques de veille et de recherche permettant de fournir de l’information, de susciter le débat et d’analyser les retours.
  • Facilité à mettre en place des évènements en ligne permettant de fédérer les membres de la communauté.
  • Savoir travailler en équipe avec des personnes aux compétences diverses (travailler avec des courriels, Skype, la vidéoconférence, etc.).
  • Maîtriser parfaitement le français écrit et savoir écrire/parler en anglais pour des échanges (plus souvent informels).
Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire