À Toronto… à discuter de technologies et d’apprentissage avec des directions d’écoles

colloque_adfo.jpg

J’ai animé trois fois le même atelier de quatre-vingt-dix minutes aujourd’hui, chaque fois avec vingt-cinq membres de l’Association des directions et des directions adjointes des écoles franco-ontariennes (ADFO) à l’occasion de leur colloque annuel. Dans la même journée, j’ai eu l’occasion d’entendre la ministre de l’Éducation Leona Dombrowsky et Ginette Plourde – Directrice, direction des politiques et des programmes d’éducation en langue française. Les deux ont insisté sur la vitalité de l’éducation en langue française en Ontario: 425 écoles, des dépenses en 2010-2011 de 1,24 milliard de dollars… force est d’admettre que ce n’est pas rien!

Les problématiques sont les mêmes qu’au Québec en matière d’enjeux numériques. Les blocages Internet, la question des TBI et la formation de tout un chacun pour réduire la fracture intergénérationnelle est au centre des discussions.

Au sortir de ces rencontres (il me reste un atelier à animer demain), je suis encouragé par les prises de conscience des directions d’école. Ces éducateurs cherchent à favoriser la réussite scolaire dans leur milieu, certes, mais tels de bons administrateurs scolaires, ils cherchent le moyen de mieux supporter les enseignants et toute la communauté éducative à travers les usages débridés des élèves et les nombreuses contraintes organisationnelles. Nous avons regardé attentivement du côté de la publication Web, non pas comme une panacée, mais comme un levier qui peut, dans certaines conditions, favoriser des apprentissages nourriciers.

Beaucoup d’échanges sur la syndication de contenu, l’usage des médias sociaux, les questions d’identité numérique (individuelle et institutionnelle) et le rôle des services informatique.

J’aime à penser que nous sommes au début de quelque chose de grand!

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire