Du «slacktivism» en passant par le «real social activism»

«Signer une pétition sur Internet serait sûrement le dernier degré de l’engagement. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille renoncer à cet instrument. Encore faut-il être vigilant. Il existe en Ukraine une entreprise qui propose des manifestants, pour quelque cause que ce soit, à raison de 4$ de l’heure. C’est là un cas limite certes, mais il a le mérite de bien illustrer la facilité avec laquelle on s’engage et on se «dégage» sur Internet.»

J’ai puisé cet extrait dans l’article de Jacques Dufresne qui vient de paraître à l’Encyclopédie de l’Agora, «Internet et les révolutions». Tout comme l’a écrit cette semaine dans le New Yorker Malcolm Gladwell («Does Egypt need Twitter?»), le philosophe se demande si la fameuse «révolution Internet» ne serait pas plutôt une sorte de «slacktivism», (expression utilisée par Evgeny Morosov dans le livre «The Net Delusion») qui caractérise «les engagements superficiels que l’on prend sur Internet».

«L’enthousiasme avec lequel on a souligné l’importance du rôle des médias sociaux dans les soulèvements récents en Tunisie et en Égypte donne à penser que la démocratie peut s’instaurer par la seule action de machines de communication, lesquelles sont ainsi élevées au rang de causes du bien. C’est une illusion, en ce sens du moins que les outils en question peuvent servir aussi bien la cause de l’oppression que celle de la liberté. Cette illusion est d’autant plus dangereuse qu’elle incite les gens à penser qu’ils peuvent faire l’économie de la vertu dans leur marche vers la justice, (nous ne pensons pas aux Égyptiens ici, mais à nous tous qui nous sommes engagés dans leur combat en tant que spectateurs).»

J’aime ce point de vue. Je venais de lire ce billet de Mathew Ingram avant de lire Jacques Dufresne. Il critique fortement l’auteur de Tipping point qu’il accuse de ne pas voir «le point de bascule» quand il est atteint, comme ce serait le cas dans les événements au Moyen-Orient.

«In other words, as far as the New Yorker writer is concerned, the use of any specific communications tools — whether that happens to be cellphones or SMS or Twitter or Facebook — may be occurring, and may even be helping revolutionaries in countries like Egypt in some poorly-defined way, but it’s just not that interesting. This seems like an odd comment coming from someone who wrote a book all about how a series of small changes in the way people think about an issue can suddenly reach a “tipping point” and gain widespread appeal, since that’s exactly what social media does so well.»

J’aime ces points de vue parce qu’ils nous aident à se garder une petite gêne dans nos ardeurs à ne voir dans les récents événements en Égypte (au Yémen, en Tunisie, etc.) que le seul effet de la puissance des réseaux. Mais Dufresne et Gladwell n’ont pas tout vrai non plus… Brian Solis est lui aussi convaincu que le jupon de Gladwell dépasse un peu:

«Gladwell questions the alliance between deep roots and strong ties. Ingram and Tufecki argue for the the power of the networks… they are not wrong. The only side not demonstrating authority is also its strongest voice. To which I say, “Gladwell, your slip is showing.”»

Je suis de ceux qui croient que les médias sociaux contribuent à nous aider à ne pas se faire organiser contre sa volonté en tant que citoyens d’une même société. De là à affirmer qu’on aurait avantage à «voir un chef politique plus souvent sur des sites sociaux que dans des lieux, réels ou virtuels, d’étude et de réflexion»… il y a une grosse marge et Jacques Dufresne a raison de citer Morozov sur ce point.

Jusqu’à quel point les réseaux sociaux peuvent devenir des «machines à fabriquer des révolutions»? «L’idolâtrie d’Internet» fait-elle perdre de vue les autres facteurs expliquant qu’on puisse avoir atteint le point de bascule en matière de changement de régime de gouvernance d’un pays?

Tout comme Brian Solis, je suis d’avis que les médias sociaux (et encore davantage les réseaux) sont des leviers fantastiques pour qui sait faire preuve d’activisme social. Au-delà du mimétisme dont traite Dufresne dans son document, il y a de vraies personnes, vraiment engagées qui construisent des liens solides en réseautant à partir de liens plus ténus:

«Weak ties can also connect to and become strong ties».

Mise à jour du lendemain : Complément d’information (à propos de Morozov et de l’activisme sur le Net) et une sorte de «défense d’Internet» chez InternetACTU.

Mise à jour du 11 février 2011 : Journée historique aujourd’hui, Hosni Moubarak démissionne «sous la pression de la rue», suite à 18 jours de manifestations. Martin Lessard publie un billet captivant : «Égypte: le rôle des médias sociaux dans la chute de Moubarak».

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Du «slacktivism» en passant par le «real social activism»

  1. Avatar de DenisLamy DenisLamy dit :

    Bonjour Mario,
    Je ne crois pas que les réseaux sociaux soient le moteur de ces révolutions. Loin de là. Toutefois, ils permettent de diffuser rapidement de l’information au-delà des cercles locaux.
    Ce que les gouvernements, que ce soit en Égypte, Tunisie, Yémen ou autres redoutent, ce ne sont pas les rassemblements que ces communications permettent d’organiser (on s’engage plus facilement virtuellement que physiquement), mais le fait que ces réseaux permettent de diffuser hors des frontières des informations et des images (répression, arrestations, etc.) qui peuvent mal les faire paraître. Attirant sur plus que la colère de leurs citoyens, mais des pressions de l’étranger.
    Les médias sont les premiers à bénéficier de ces médias pour quérir de l’information interne, cette information est ensuite diffusée à des ressortissants qui à leur tour alertent leurs réseaux qui par la force du nombre font pression sur leur gouvernement qui ne peut ensuite ignorer la situation et doivent prendre position.
    Si on prend l’exemple de l’Égypte, les États-Unis ont longtemps soutenu ($$$) le gouvernement Moubarak, ils doivent maintenant se justifier et prendre position, faire montre d’action. Dans une région volatile comme le Moyen-Orient, ça va pas être facile.
    Je pense que le terme important ici, ce n’est pas tant l’engagement, mais la prise de conscience (awareness) du public face à ces situations partout dans le monde. Le village global de McLuhan n’est pas encore une réalité, mais il est plus près qu’on ne le croit.
    Pour revenir à une situation plus près de nous, toi qui a enseigné, crois-tu que le petit catéchisme de Duplessis prendrait encore de nos jours? Quel serait son sort dans le cadre des médias sociaux?
    Au plaisir de te lire,
    Denis Lamy
    Trois-Rivières.

  2. Avatar de FrancoisGuite FrancoisGuite dit :

    Toujours sur le concept de slacktivism, je recommande cet article de Henrik Serup Christensen dans First Monday : Political activities on the Internet: Slacktivism or political participation by other means?
    http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/3336/2767

Laisser un commentaire