Données ouvertes, Ville de Québec et économie du savoir

«Les données ouvertes deviendront une infrastructure municipale pour l’économie du savoir»

La dernière fois que j’ai traité de ce sujet des données ouvertes, c’était pour parler de l’initiative liée à la consultation publique Web 2.0 au gouvernement du Québec. Ce soir, plusieurs des responsables de l’équipe de M. Gautrin étaient présents en compagnie d’une cinquantaine d’autres citoyens pour participer à une première assemblée publique du groupe Capitale Ouverte.

D’entrée de jeu, les membres de l’équipe de promoteurs de cette idée qui vise à «favoriser une culture d’ouverture de données à la Ville de Québec et dans les organismes publics municipaux ou d’agglomération» a présenté de manière convaincante les enjeux du développement d’une culture d’ouverture de données.

Un échange cordial a suivi avec la participation de deux des membres du groupe Montréal Ouvert qui a débuté le même genre de démarche depuis peu.

Si on peut affirmer qu’actuellement la tendance pousse les gouvernements à considérer les arguments des tenants du mouvement «open data», il faut quand même noter que nous ne documentons que très peu les résistances expliquant que les administrations n’adoptent pas naturellement ce mode de gestion. Ce qui a été dit ce soir sera peut-être de nature à corriger cette situation. De plus, le fait que certains demandent explicitement «qu’est-ce qu’on peut faire individuellement pour faire avancer ce dossier» et aider le groupe Capitale Ouverte me paraît aussi être un pas dans la bonne direction.

Prochaine étape? Une présentation à l’occasion du prochain pecha kucha

Mise à jour du 16 septembre : Les diapositives de la présentation sont disponibles…

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Données ouvertes, Ville de Québec et économie du savoir

  1. Ping : Gouvernement transparent – données accessibles – Vue politique – Voir.ca

Laisser un commentaire