Ensemble et maintenant

J’ai couvert plusieurs congrès politiques en tant que blogueur, mais il s’agissait de ma première participation à titre de candidat d’une formation politique prête à former le prochain gouvernement. Je suis revenu hier soir d’un événement dont je me souviendrai longtemps…

« Ce n’est pas à tous les jours qu’on fonde un nouveau parti politique », disait François Legault dans son discours de clôture. Je peux écrire aujourd’hui que j’ai le sentiment de vraiment appartenir à un ensemble. Avant vendredi dernier, j’éprouvais souvent le sentiment de travailler avec François Legault, ses proches et des sympathisants. Voici maintenant que nous formons véritablement une coalition de citoyens motivés par une vision pour l’avenir du Québec !

La Coalition Avenir Québec s’est doté d’un programme composé pour le moment de cinquante-quatre propositions. Je ne partage pas certaines critiques sur la supposée rapidité avec laquelle nous aurions disposé des cinquante-neuf idées de départ. Depuis des mois, plusieurs groupes de militants, chacun de leur côté, travaillent sur le programme. La commission politique du parti a fait une tournée des régions, récoltée trois-cent-deux propositions et en compagnie de la direction, est arrivée à fusionner tout cela dans le cahier des participants. Certaines pistes ont été mises de côté, mais il devenait prévisible que les chances de s’entendre assez rapidement augmentaient à partir du moment où les cinquante-neuf items faisaient déjà pas mal consensus dans le groupe des militants présents à Victoriaville. Les cinq propositions renvoyées à la commission politique seront retravaillées puisque les intentions n’ont pas été désavouées.

Pour ma part, j’ai vécu plusieurs moments de très grande satisfaction pendant cette journée du samedi où j’ai vu le projet politique de la Coalition se définir. L’école autonome (#1), la revalorisation de la profession d’enseignant (#2), l’amélioration de la réussite des élèves (#3), l’augmentation des ressources dédiées aux enfants en difficultés (#4), l’offre pour nos ainés (#37) et la promotion de la culture (#59) ont été pour moi parmi les moments forts de ma journée. Aussi, dans un élan improvisé, j’ai senti au terme du travail sur la section F du document – Pour un développement véritablement durable – le besoin de souligner l’excellent travail d’un député qui, je crois, méritait de manière particulière nos félicitations. Mon iPad à la main, j’ai saisi le micro et lu un tweet que je m’apprêtais à publier :

« Si certains ont pu trouver que l’entrée de François Rebello à la Coalition avait créé du remous, son travail dans le dossier développement durable est impeccable ! »

J’ai beaucoup apprécié la réaction des six-cents collègues qui lui ont réservé une belle ovation. François était ému…

Congrès de fondation


Dominique Anglade
Si ce congrès a mis de l’avant l’extraordinaire leadership de François Legault, plusieurs ont été impressionnés par la qualité de présence de notre présidente, Dominique Anglade. J’ai eu l’occasion de passer quelques moments avec elle et sa compétence autant que sa facilité à communiquer parfaitement dans les deux langues m’a époustouflé. Facile d’accès comme tous mes collègues candidats et députés, elle a joué un grand rôle dans la réussite de l’événement.

Gouvernement ouvert
J’ai fait souvent référence ici à la notion de gouvernement ouvert et c’est avec un grand bonheur que j’ai vu les bras levés de tous nos militants à la proposition #29 (finances publiques et transparence) dont on avait ajouté en matinée un amendement :

« Adoption d’une politique de gouvernement ouvert à travers la création d’une plate-forme de publication de données ouvertes, libres et accessibles. »

Ensemble et maintenant
François Legault était de toutes les conversations. Moi qui comme blogueur ne voyait à peu près jamais les chefs dans ce genre d’événement, je peux témoigner qu’en tant que candidat, on se sent très privilégié de pouvoir échanger avec le leader. Il me semble aussi que plusieurs militants ont eu leur moment avec le chef. Lui et sa garde rapprochée ont su agir de manière à permettre aux militants de « faire ensemble » tout en évitant que l’exercice vire à la foire d’empoigne comme on voit trop souvent dans ce contexte de décisions importantes. Chantal Hébert a parlé aux Coulisses du Pouvoir d’un professionnalisme encourageant pour notre formation et elle a bien raison. Dans son discours, dans un passage bien senti en anglais, François Legault disait « We care… We simply care » et c’est le sentiment que je garde ce matin. Le grand soin mis pour la naissance politique de notre parti était remarquable.

Le travail ne fait que commencer. Nous n’avons rien fait encore. Si nous avons jeté les bases d’un possible, il faut construire à partir de notre projet. J’avoue être animé d’une grande fierté de faire partie de cette organisation…

« Nous partageons une langue, une histoire et une culture unique.
Les Québécois forment une nation.
Une nation peu nombreuse, mais fière et tenace, qui a surmonté courageusement les épreuves de son passé.
Une nation à laquelle viennent constamment s’ajouter de nouveaux arrivants.
Une nation qui a le devoir envers elle-même de mieux les intégrer à la société et à la langue française.
Une nation qui doit aujourd’hui se prendre en main si elle veut assurer l’avenir de ses enfants. »
François Legault – 21 avril 2012

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire