L’accessibilité aux études universitaires (ajouts)

La semaine qui vient de se terminer a encore mis à l’avant-plan la grogne des associations étudiantes qui en étaient à leur onzième semaine de conflit avec le gouvernement sur la base de la hausse des frais de scolarité à l’université. Je me suis déjà posé la question en novembre dernier à savoir si un débat était possible sur cette question et force est d’admettre que nos dirigeants actuels l’animent très mal.

D’ailleurs, il m’apparaît très important de régler ce conflit avant de penser à aller en élections, quoi qu’en pense certains observateurs… dont Mme Marois qui exige un scrutin avec de plus en plus d’insistance.

Beaucoup de lecture ce matin, donc :

Entre autres…

Les propositions du gouvernement ?

Elles sont largement inspirées de celles de la Coalition Avenir Québec, mais Jean Charest s’est arrêté en cours de route, au tiers du chemin, de fait; nous voulons abolir le crédit d’impôts complètement (ça représente 120 millions$) pour mieux bonifier les bourses, alors qu’il n’injecte que 39 millions$.

J’ajoute une information qui n’a pas beaucoup circulé. Il s’agit des travaux du professeur Luc Godbout qui a publié en mars dernier une série de chiffres qui tendent à prouver que ce qui était sur la table avait déjà un impact assez positif sur les étudiants moins fortunés :

« Il faut savoir que l’aide financière du régime des prêts et bourses se calcule en déterminant les dépenses admissibles desquelles sont soustraites les contributions potentielles. Comme les dépenses admissibles augmentent corollairement à la hausse des frais de scolarité et que le prêt maximal est plafonné annuellement, pour les étudiants bénéficiant d’une bourse d’études, une augmentation de frais de scolarité se traduit par une augmentation équivalente de la bourse d’études. »

Le professeur Godbout doit me faire parvenir sous peu un tableau ajusté aux propositions qui viennent d’être déposées et plusieurs étudiants issus de familles de la classe moyenne s’ajoutent à ceux moins parmi les moins fortunés pour qui les études universitaires demeurent encore plus accessibles. Il faut quand même se souvenir que les taux de décrochage des élèves moins favorisés économiquement (cotes 9 et 10 des écoles) frisent en moyenne les 40% et dépassent largement dans certains milieux. Notre proposition à la Coalition d’investir massivement dans les écoles primaires et secondaires vise prioritairement à aider les jeunes moins favorisés à atteindre les niveaux supérieurs. Actuellement, les jeunes de ces milieux ne se rendent pas jusqu’à l’université; ceux qui s’y rendent, on doit continuer de les aider et nos propositions vont dans ce sens…

Il faut aussi ajouter à ces données ce tableau trouvé dans un article de Pierre Fortin qui démontre qu’au Québec nous aurions peut-être un problème de persévérance à l’université davantage qu’un problème d’accès…


Parions que la semaine qui s’en vient sera tout aussi intéressante à suivre d’autant plus qu’il y a une possibilité que le parti québécois nous montre son vrai visage sur la question de la hausse des frais de scolarité. Actuellement, le PQ propose d’abolir la hausse devant entrer en vigueur en septembre 2012, mais je suis d’avis que cette mesure ne vise qu’à acheter la paix momentanément pour mieux la reproposer plus tard…

Mise à jour : Dans un extrait de l’émission Larocque-Lapierre présenté au bulletin de nouvelles à TVA ce samedi soir, j’ai bien entendu Mme Marois parler de hausse. Ça se précise…

Mise à jour #2 : Dans une conversation sur Twitter, une militante du PQ confirme aussi que le PQ prévoit une hausse des frais de scolarité, au terme des hypothétiques « États Généraux » sur ces questions…

Mise à jour #3 : Pas encore reçu de document de M. Godbout, mais cette vidéo qui résulte d’une entrevue à RDI explique assez bien de quoi il en retourne…

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’accessibilité aux études universitaires (ajouts)

  1. Ping : Le débat sur l’accessibilité est loin d’être terminé | Mario tout de go

  2. Ping : De la frustration de devoir voter pour une loi spéciale | Mario tout de go

Laisser un commentaire