Et si j’allais me faire Voir ailleurs…

Le 29 mars dernier, j’ai écrit mon dernier billet au Voir dans lequel j’annonçais mon passage de militant à la Coalition Avenir Québec à candidat dans Taschereau. Je terminais ce billet où j’écrivais « qu’il serait sage d’interrompre ma publication dans cet espace numérique » par le souhait que Simon Jodoin me fasse signe pour continuer sous une forme ou une autre la conversation avec les lecteurs du Voir.

Je n’attends plus rien de Simon puisque j’ai décidé de passer à autre chose.

Le dilemme d’éthique médiatique que pose les politiciens chroniqueurs au Voir sera venu à bout de ma patience. Malgré cette ouverture qui, dans les faits, est probablement devenue une utopie.

Je m’en vais donc bloguer au Huffington Post.

J’ai déjà exprimé au moment de l’annonce de la venue du Huffington Post Québec que j’entretenais certaines réserves :

« Le modèle d’affaires du journal en ligne de Arianna Huffington me chicote, bien entendu. Je crois néanmoins que dans la balance, l’idée de rejoindre via le Huffington Post Québec des gens différents de ceux que je rejoins actuellement (faudrait vérifier jusqu’à quel point ce serait le cas) pourrait me séduire. S’il ne faut pas encourager n’importe quel modèle d’affaires, celui en cause ici n’a pas que des défauts. »

Je préférais en décembre me joindre au Voir malgré une gentille invitation de Patrick White (éditeur et rédacteur en chef du Huffington Post Québec). Je ne regrette pas mon choix, d’autant plus le lectorat du Voir est composé d’une majorité de lecteurs qui ne partageaient pas mon point de vue; j’aime bien débattre dans le respect avec des gens qui pensent différemment. Je continuerai de lire plusieurs des blogueurs qui continuent d’y oeuvrer.

J’assume que je suis devenu politicien et que je suis à la recherche d’un plus large lectorat pour échanger, débattre et réfléchir avec les gens.

J’ai choisi de me lancer en politique de la manière dont j’ai mené ma vie professionnelle depuis 2002 c’est-à-dire, sur le Web, en toute transparence, en me plaçant au centre de la conversation avec les gens via le numérique.

J’ai beaucoup aimé mon aventure au Voir. Je suis reconnaissant envers Simon Jodoin.

Je veux continuer de bloguer et le Voir ne m’offre plus le plaisir de le faire.

Le Huffington Post est devenu incontournable dans le paysage médiatique numérique et il s’est montré très accueillant envers d’autres politiciens.

Voilà !

J’ajoute le Huffington Post aux autres endroits où je m’exprime et j’échange. Moins une solution de remplacement qu’une alternative plus accueillante pour le politicien que je suis devenu, cet agora plus ouvert et plus neutre me permettra de continuer à faire ce que j’aime : « ouvrir les fenêtres et abolir les murs qui isolent les gens en politique, des citoyens».

Le premier billet au Huffington Post Québec est en écriture et devrait être coiffé du titre « Malgré Jean Charest, la hausse des droits de scolarité dans les universités québécoises est encore légitime et souhaitable ».

Mise à jour du lendemain : Premier billet publié, mais j’ai raccourci le titre, « Malgré Jean Charest, une hausse légitime et souhaitable ».

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire