La politique de la chaise vide

Note… Ce billet a d’abord été publié à la Maison des candidats du Magazine L’actualité dans le cadre de la campagne électorale 2012.

À l’occasion d’au moins deux des débats auxquels j’ai participé, la chaise qui devait être occupée par un candidat du Parti libéral était vide. Les deux fois, la salle était remplie d’étudiants. On m’a rapporté la même chose ailleurs en province. Pourtant, ici à Québec, les fédérations étudiantes, le Directeur général des élections, l’Institut du Nouveau Monde et le Forum Jeunesse de la Capitale-Nationale organisent des événements pour aider les étudiants à se faire une tête en fonction du 4 septembre.

Comment expliquer l’absence d’un candidat du parti du gouvernement sortant au moment où des élections générales ont été déclenchées et que la moindre des choses serait de venir défendre leur bilan ?

Avec en trame de fond un conflit étudiant dont plusieurs pensent qu’il a été instrumentalisé par ce même gouvernement, est-ce la politique de la chaise vide n’ajoute pas de l’huile sur le feu ?

Les libéraux ont-ils abandonné l’électorat étudiant ?

Ont-ils reçu une consigne de ne pas participer à ces événements pourtant organisés pour permettre aux étudiants de mieux s’informer et ainsi, exercer leur droit de vote avec en tête les programmes de toutes les options politiques au menu de cette présente campagne ?

Cette semaine, je participe à deux autres de ces rassemblements étudiants (au Cégep Limoilou et à l’Université Laval) et j’avoue que mon premier réflexe sera de regarder du côté de la place réservée pour le représentant du PLQ. Il me semble qu’avec tout le brouhaha du printemps 2012, le minimum serait de venir répondre aux questions des étudiants qui participent en grand nombre. Le gouvernement libéral n’insinuait-il pas ce printemps que les étudiants ne participaient pas assez à l’exercice de la démocratie ?

Ce contenu a été publié dans L'Actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire