Données ouvertes : l’exemple du gouvernement Obama

Dans un article de Valérie Lesage publié sur le site du Journal Les affaires, j’apprends aujourd’hui que le président du Conseil du Trésor est enclin à s’inspirer du gouvernement de Barack Obama, « qui a choisi de rendre publiques en continu sur le Web toutes les informations sur l’octroi, la gestion et l’évolution des contrats ».

« Je suis tenté. Tout ce qui est collusion et corruption se fait évidemment dans la noirceur, alors partout où on peut mettre de la lumière, c’est une des bonnes façons de lutter contre les pratiques criminelles. Alors oui, on regarde comment on peut assurer une plus grande transparence. »

Faisant suite à un autre article de la même journaliste au même journal publié la semaine dernière touchant le sujet de notre démarche de Plan numérique, on sent qu’il y a une sorte de momentum pour la question des données ouvertes en tant que moyen de lutter contre la collusion. Mon collègue chez Loran et chez Démocratie ouverte y est cité utilisant une allégorie très parlante :

« Le jour où tu publieras sur le Web les informations sur les contrats, il n’y en aura plus beaucoup de collusion. Quand tu allumes les lumières, les coquerelles s’en vont. »

Je souhaite vraiment que la tentation soit suffisamment forte pour qu’on passe à l’action.

Dans le registre des bonnes nouvelles, j’ai aussi appris que mon camarade de la Coalition Jacques Duchesneau sera présent à un important événement qui se tient à Montréal en fin de semaine, « Hackons la Corruption ».

À suivre…

Mise à jour du 10 novembre : La présentation de Jacques Duchesneau lors de l’événement Hackons la Corruption

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Données ouvertes : l’exemple du gouvernement Obama

  1. Ping : Pour une plus grande transparence du gouvernement | Mario tout de go

Laisser un commentaire