Faire apprendre

Les lieux de connaissances se diversifient en même temps que les supports se dématérialisent. L’imprimerie a suscité la Renaissance. Internet a fait naître une époque dont on cherche encore le nom.

Faire « comme avant » est-il encore possible ?

Michel Serres nous dit que non :
« Avant d’enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître. Qui se présente, aujourd’hui, à l’école, au collège, au lycée, à l’université ? »

« Petite Poucette – Maintenant tenant en main le monde ! » exige également une réflexion sur ce que nous dit la recherche sur l’apprentissage. Jacques Dubois a entrepris une lecture du travail de Jean Heutte « Dix constats clés de la recherche cognitive sur l’apprentissage » et il publie un schéma très instructif pour qui souhaite répondre à certaines questions dont « Qu’est qu’apprendre ? Quelles sont les limites à l’apprentissage ? Comment favoriser l’apprentissage ? »


Au même moment, Steve Wheeler (Associate Professor of learning technology, Plymouth University) publie sur son blogue un billet qui va dans le sens d’une des plus grandes prises de conscience de ma vie d’éducateur, lorsque j’ai entrepris de bloguer avec une quarantaine d’élèves un matin de septembre 2003 : « Learners as producers » ?

« Content can become more engaging because students invest their own time, energy and vision into creating it. That gives them personal ownership of their learning. They place their own individual stamp on the content they create, and then share it within their personal learning environment and across their peer network. Thereby, in gaining an audience for their content, they are spurred on further to develop, refine and perfect not only their content, but indirectly and probably unwittingly, their understanding of the knowledge that content contains. There is little that is more motivating than gaining an audience that appreciates your knowledge and skills. Social media tools such as blogs and video sharing sites facilitate this process, but on a global scale. »

Sait-on, ces jeunes pourront-ils eux-mêmes devenir des personnes influentes dans leurs propres réseaux tel que l’illustre cette matrice de détection des leaders d’opinion sur le Web rencontrée ce matin à la lecture de ce billet de Camille Alloing (Doctorant en Sciences de l’information-communication au CEREGE de l’IAE de Poitiers).

Au terme d’une journée pluvieuse, remplie de bonnes lectures, je me félicite de tenir encore pignon sur Web dans ce carnet qui va bientôt fêter ses onze ans !

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire