La gestion axée sur les résultats et le gouvernement ouvert

En cette journée de dépôt à l’Assemblée nationale du Rapport du Vérificateur général du Québec, je viens de visionner une excellente causerie entre Christophe Batier (Université Claude Bernard Lyon 1) et Jean-François Gauthier (Institut de Gouvernance Numérique), en marge des Entretiens Jacques Cartier à Lyon.

La discussion porte sur les pratiques de gouvernance publique qui pourraient grandement bénéficier de l’apport du numérique et des principes du Gouvernement Ouvert.

En travaillant aux côtés du député de Lévis Christian Dubé, je suis sensibilisé aux vertus de la gestion axée sur les résultats qui est d’ailleurs déjà implantée au Québec (voir ce guide qui date de 2002) et au Manitoba en particulier (voir la loi qui me semble bien écrite).

J’entends souvent Christian décrier le fait qu’il est impossible pour les députés – encore pire pour les citoyens – de pouvoir mesurer si les cibles que le gouvernement se fixe sont atteints et si la planification stratégique produit les résultats escomptés. Jean-François et Christophe ajoutent dans cette discussion des éléments essentiels liés au gouvernement ouvert qui pourraient engager davantage les citoyens dans les prises de décision, d’autant que les modalités d’application actuelles de la gestion axée sur les résultats ne donnent pas les fruits escomptés.

Il est aussi question dans cet échange de l’importance de se doter d’un plan numérique au Québec au moment où ailleurs, il y a déjà plusieurs exemples d’initiatives de ce genre et dans le contexte de la préparation des Assises nationales du numérique.


Idéation et schématisation : Michel Cartier
Infographie : René Barsalo

Je lisais le dernier billet de Christian Dubé, « Si j’étais ministre des Finances », publié en début de semaine. La vision du député de Lévis me motive beaucoup, autant à titre de candidat CAQ dans Louis-Hébert, qu’à titre de citoyen. Ces dix priorités que devraient avoir le gouvernement en matière de finances publiques, selon le porte-parole de la Coalition Avenir Québec, sont pleines de bon sens :

  1. Mise à jour économique pour 2013-14 et les cinq années suivantes
  2. Agences de crédit
  3. Objectifs pour 2014-15
  4. Liste détaillée du Plan québécois des infrastructures – PQI
  5. Tableau de bord sur l’état de santé des projets en ressources informationnelles
  6. Plan numérique
  7. Loi sur les mines
  8. Régimes de retraite
  9. Santé
  10. Directeur du budget

On chemine doucement, trop doucement probablement, mais résolument, vers une gestion plus moderne et efficace des affaires de l’État. Les propos de Jean-François et Christophe se doivent de circuler davantage et de rayonner pour comprendre qu’il appartient au plus grand nombre de gens possible de s’investir dans des démarches qui conduisent à l’adoption de plus de transparence, de participation et de collaboration dans une perspective de gouvernance ouverte.

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La gestion axée sur les résultats et le gouvernement ouvert

  1. Ping : Cap sur nos familles | Mario tout de go

Laisser un commentaire