Pour un Québec transparent

Mon collègue de Lévis à la Coalition avenir Québec a plusieurs fois milité pour plus de transparence au gouvernement du Québec, dont à l’occasion de cette grande entrevue au Magazine l’Actualité.

C’est pourquoi j’ai été choqué aujourd’hui de lire sur le fil Twitter de Bernard Drainville que le Parti Québécois serait le seul à vouloir moderniser la Loi d’accès à l’information qui ne sert plus du tout les besoins des Québécois. La commission parlementaire tenue au printemps 2013 a bien démontré l’urgence d’agir en ce sens. M. Drainville avait promis aux parlementaires d’agir rapidement puisque la demande faisait consensus et son gouvernement a plutôt choisi d’instrumentaliser le dossier de la charte des valeurs. Une autre des promesses brisées du PQ…

Si le dossier revient dans l’actualité aujourd’hui, on le doit au président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui publie aujourd’hui dans plusieurs quotidiens une lettre ouverte dans laquelle il demande aux candidats à la présente élection de s’engager à réaliser un gouvernement transparent !

Une intervention vidéo de Pierre Craig nous en dit davantage..

Notre sortie de samedi sur la mauvaise gestion des projets en technologie de l’information (TI) touchait ce sujet. Il faut changer l’approche du dirigeant principal de l’information (DPI) au sein du Secrétariat du Conseil du trésor et cesser de se contenter de gérer des technologies en enfermant l’information « par défaut ». Pourquoi les données publiques ne sont pas publiées en format ouvert, « par défaut » ? En ce moment, il faut multiplier les demandes (encadrées par une loi devenue désuète), ce qui augmentent la bureaucratisation et produit l’effet inverse de ce que les législateurs souhaitaient à l’époque !

Il y a un consensus au Québec sur ce sujet et je déplore l’attitude de Bernard Drainville. Il a non seulement « dormi » sur le dossier, mais rien n’indique qu’il est véritablement prêt à passer à l’action !

Bravo à la FPJQ et à Pierre Craig !

N.B. Renseignements complémentaires : « Accès à l’information : la FPJQ veut une loi qui a des dents ».

Mise à jour du 27 mars : Au Devoir, « Transparence à géométrie variable »

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.