Please, mind your own business

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec dans la section « blogue ».

To the spokesperson of the Honourable Peter Gordon MacKay, M.P. for Central Nova, Nova Scotia Minister of Justice and Attorney General of Canada. I’m telling you in English just to be sure that there will be no confusion. The bill n°52 – An Act respecting end-of-life care is the result of five years of work of all four parties represented in the National Assembly who are agree to go forward.

There are significant differences between physician-assisted suicide / euthanasia and respecting end-of-life care. In our bill, the patient must « be at the end of life » to obtain medical aid in dying.

Here in Quebec, we hope that you just react in your concern to the sample letters you may receive from organism like CMDS Canada. As our own Prime Minister said yesterday: « Quebec’s Bill 52 falls within provincial jurisdiction ». Please, mind your own business.

Note pour mes concitoyens québécois : Je me disais qu’il ne fallait pas laisser passer sans réagir. Imaginez-vous qu’un porte-parole du bureau du ministre fédéral de la Justice a fait savoir que notre législation concernant les soins de fin de vie déplaisait à Ottawa :

« La question du suicide assisté suscite une grande émotivité et des divisions chez de nombreux Canadiens. Notre gouvernement est d’avis que les dispositions du Code criminel qui interdisent le suicide assisté et l’euthanasie servent à protéger tous les gens, y compris les gens les plus vulnérables de notre société » (source).

Mise à jour du 13 juin 2014 : billet de Alec Castonguay sur le même thème, « Mourir dans la dignité : Peter MacKay et la campagne de peur ».

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, Journal de Québec / de Montréal, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire