Trop, c’est comme pas assez !

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section « blogue ».

Trois événements sportifs de grande envergure sont au programme de la fin de semaine qui s’en vient à Québec : le Red Bull Crashed Ice, la Coupe Vanier et le Gala de boxe – Degale vs Bute. Du matin jusqu’à tard ce samedi soir, la capitale aura beaucoup à offrir pour animer la Ville. L’économie de la région en sort-elle gagnante ?

L’article d’hier de Katheryne Lamontagne laisse entendre que les restaurateurs exultent, mais que les hôteliers désespèrent de voir leur taux d’occupation aussi bas…

« La situation est d’autant plus surprenante que le dernier week-end de novembre est habituellement intéressant pour les hôteliers de Québec, qui accueillent les touristes américains, en congé pour le Thanksgiving. »

On ne peut pas mettre la faute sur les taux d’intérêts qui sont très avantageux pour nos voisins du Sud, ni sur la qualité des activités. À lui seul, le Crashed Ice promet du très spectaculaire…

Aurait-on manqué de coordination ?

On raconte en ville que la Coupe Vanier a été la première à inscrire son rendez-vous au calendrier. À la limite, qu’un gala de boxe soit offert pour compléter l’offre, je peux comprendre, mais l’ajout de la course sur piste glacée aurait probablement moins nui si elle avait eu lieu une autre fin de semaine, pour étirer le plaisir…

Le combat Bute vs DeGale ne remplira pas le Centre Vidéotron et il y a sûrement des amateurs du Red Bull Crashed Ice qui auraient pu être intéressés s’il n’y avait pas eu de conflit d’horaire.

J’imagine par contre que l’offre de tenir à Québec la première course de la saison du Championnat du monde de ice cross downhill est venue avec aucune autre alternative de date que celle du 27-28 novembre. Québec aime beaucoup ce spectacle sportif et on a peut-être eu peur en passant son tour de ne pas revoir l’évènement pour un trop long laps de temps ?

Si je spécule, c’est que je ne saisis pas la stratégie derrière « ce choix » de tout concentrer les trois grands moments festifs de l’automne le même week-end. On a voulu vendre aux gens le trio d’activités pour qu’on parle d’une grosse fin de semaine, mais il y a un risque de nuire un peu à chacune.

Je suis convaincu qu’on va vivre une très belle fin de semaine, mais c’était plutôt mort celle qui vient de passer, tout comme le sera la suivante.

Trop, c’est comme pas assez.

Reste à voir si les spectateurs au PEPS samedi se rangeront du côté des Carabins de l’Université de Montréal ou des Thunderbirds de UBC ? Je souhaite que les éternels rivaux du Rouge et Or soient bien reçus, d’autant qu’une coupe remportée par ceux qui ont éliminé notre club pourrait constituer une sorte de baume sur notre plaie…

Le comité organisateur de la Coupe Vanier nous promet un très beau spectacle pour cette quatrième finale canadienne présentée à Québec. J’espère sincèrement que devant un choix douloureux à faire, on privilégiera le duel de football !

Profitons de la fin de semaine au maximum, on fera le bilan la semaine prochaine…

Mise à jour du 29 novembre: La boxe désavantagée ?

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, Journal de Québec / de Montréal, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire