Mon premier sondage radio

Il a abondamment été question au Journal de Québec cette semaine des sondages Numéris sur la radio de Québec. Vous ne pouvez pas savoir comment la semaine a été particulière vue de l’intérieur…

Je répète, moins pour m’en vanter que pour afficher clairement mon biais pour la station BLVD 102,1 FM propriété de Leclerc Communication, que je suis chroniqueur régulier à l’émission matinale Québec Aujourd’hui. C’était donc une première expérience pour moi que cette semaine un peu folle.

Avant jeudi 9h, la tension était palpable. Les dirigeants avaient beau nous dire que ce premier sondage ne voulait pas dire grand-chose, que le virage vers la radio parlée commandera plusieurs mois avant qu’on puisse vraiment se faire une tête sur la nouvelle émission qu’on tente de mettre sur les rails, je sentais bien qu’une baisse d’auditoire sur l’ensemble de la station aurait fait mal.

« Boulevard » – BLVD 102,1 – qui remplace CKOI n’a connu que des sondages à la baisse depuis quatre ans, passant d’une portée de 200 246 auditeurs dans le rayonnement total à un creux de 132 400, l’an dernier.

Le leader de notre équipe – l’animateur d’expérience Stéphane Gasse – en a vu d’autres. Il nage dans le merveilleux monde de la radio depuis plus de 30 ans. Rassurant autant pour les recrues que nous sommes que pour les jeunes de l’équipe qui se lèvent à trois heures du matin à tous les jours de la semaine, il a beaucoup contribué à baisser les attentes… et le niveau de stress de chacun.

Ça n’a pas empêché Dan Caron – directeur de la programmation pour les deux stations du groupe Leclerc – de devoir répondre toute la semaine à chacun, un après l’autre, « à quoi on doit s’attendre boss ?». En voici un autre qui devait bien cacher sa nervosité. Sous des dehors plutôt « zen », il avait aussi à porter le regard des collègues de WKND 91,9 dont la progression des cotes d’écoute est régulière, mais qui part de très loin.

Bref, nous attendions tous avec un peu d’anxiété ce résultat du jeudi matin.

Le résumé de Dan Caron et le communiqué des seuls proprios locaux qui exploitent des stations de radio à Québec rendent bien justice à notre sentiment général : on s’en va maintenant dans la bonne direction !

Dans le vocabulaire de la radio, on a reçu un sondage de positionnement : non seulement on n’a pas perdu d’auditeurs avec le virage de la musique le matin « au talk », mais on en a gagné… Dans les faits, dans le marché central de Québec, BLVD 102,1 est passé de 104 900 à 127 400 (146 000 pour le rayonnement total) !

Pour WKND 91,9, c’est le meilleur sondage à vie, rien de moins. La station gagne près de 35 000 auditeurs et 260 000 heures d’écoute ! Elle devient la station #1 auprès des femmes de 18-54 ans…

On a joyeusement fêté ça en équipe jeudi soir en se disant que le premier bulletin est maintenant derrière nous. On n’a pas fait les manchettes avec notre résultat et c’est bien normal. On ne fait pas partie des chicanes qui font le délice des médias et notre train vient à peine de sortir de la gare. Aussi, il n’y a pas vraiment de grosses nouvelles à faire avec nos chiffres.

La semaine qui se termine a donc été très stimulante. Il y a un réel privilège à pouvoir construire une émission d’information du matin sur des bases aussi solides. Au-delà de nos six parts de marché de ce départ de 2015, les liens qui nous unissent (les chroniqueurs réguliers*) avec Stéphane, Brigitte, Caroline et Gabriel sont infiniment plus importants.

J’imagine facilement que les attentes lors du prochain sondage Numéris de février 2016 seront plus élevées. On fera avec.

À chaque fois que je me présente au micro depuis septembre, j’apprécie les interventions de chacun à l’intérieur de mes chroniques qui me font sentir que les sujets abordés intéressent d’abord mes collaborateurs, les premiers auditeurs en quelque sorte. Je privilégie des choix de chroniques qui ont le potentiel pour provoquer des échanges et de la réflexion et ça commence en studio. Je suis ravi des réactions et des feedbacks qui se rendent jusqu’à moi dans les heures qui suivent.

Disons simplement que ma première vraie expérience de radio est un vrai charme pour ce milieu qui paraît si hostile.

J’aime bien le texte de mon collègue Claude Villeneuve publié ce matin qui trace un portrait beaucoup plus positif de la radio parlée que celui véhiculé habituellement. J’écoute beaucoup de radio, je ne m’en cache pas, et je reconnais dans ce que Claude écrit le riche panorama de Québec. À la radio, on vous écoute, on n’est pas distrait par l’image. C’est un grand privilège que d’entrer ainsi dans la vie des gens.

Les multiples fréquences que je synthonise représentent bien la ferveur et la variété des couleurs de Québec. Bravo à tous les artisans de cette radio qui est tout, sauf banale.

En très bonne santé… la radio de Québec fait beaucoup parler et fait écrire. C’est tant mieux.

Merci à ceux qui sont responsables du fait que j’y occupe maintenant une place.

N.B. *Un coup de chapeau à Vincent Marissal, Jacques Dupuis, Yves-François Blanchet, Ianik Marcil, Luc Laliberté, Jessica Harnois, Frédéric Proulx, Marcel Bouchard, Nancy Doyon et Stéphane Berthomet.

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, Journal de Québec / de Montréal, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire