Tout l’amour du monde… M. Taillefer, Mme Zakaib

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section « blogue ».

L’annonce du tragique décès du fils de Alexandre Taillefer et de Debbie Zakaib me touche beaucoup. Je demeure directeur d’école dans l’âme et je suis le père de trois garçons. Le départ de Thomas à quatorze ans me ramène en arrière, dans les circonstances de toutes ces fois où j’ai eu le privilège d’accompagner des parents, des frères et des soeurs, dans la douleur de perdre un proche sans l’avoir vu venir.

Il ne sert à rien de tourner le dos en faisant comme si de rien n’était. Le décès tragique d’un enfant n’est pas banal.

Je tiens d’abord, même si je ne les connais pas intimement, à offrir toutes mes condoléances aux parents de Thomas Taillefer, à sa soeur Daphnée et à toute la famille élargie. J’ai aussi de très bonnes pensées pour tous les amis de Thomas.

Plusieurs raisons motivent l’écriture de ce billet même si je sais que la meilleure façon d’entourer ceux qui vivent ce genre de deuil est l’attention généreuse et l’écoute. L’amour aussi…

Bref, toutes des facultés qui n’ont pas nécessairement à voir avec l’écriture d’un texte sur le site Web du Journal.

Je suis un grand admirateur de l’engagement public de M. Taillefer et de Mme Zakaib. Je suis très impressionné par la générosité de leurs contributions à notre société et je suis d’autant ému de ce qui arrive dans leur vie personnelle. Alexandre et Debbie donnent énormément à la société.

Je sais qu’ils auront besoin de tout l’amour du monde pour continuer leur impressionnant parcours.

J’ai lu le beau texte publié sur Facebook d’un père aimant qui témoigne de la grandeur de ses sentiments et de la lourdeur de la perte. Ça me parle beaucoup.

Alexandre Taillefer fait vraiment confiance aux Québécois pour trouver la force d’un tel message et d’un tel hommage public à son fils. Merci.

À nous de respecter cette famille dans son deuil.

Je me dis que le moins que nous pouvons faire est de suivre leur volonté. Je suis convaincu qu’ils sont très bien entourés.

Autant Alexandre Taillefer comme entrepreneur que de Debbie Zakaib dans le domaine de la mode mènent une vie publique. Je souhaite vraiment qu’ils sentent tout l’amour que les gens leur portent, comme en font foi ces autres messages de personnalités publiques

Je crois important après ce genre de drame comme ce l’était dans les écoles que j’ai dirigées que les pensées de chacun se tournent aussi vers ceux plus près de nous. C’est dans ces moments de deuil que nous devons distribuer généreusement l’attention et l’amour aux gens qui nous entourent.

Le décès fortement médiatisé dans ces circonstances d’un jeune Québécois parti trop vite doit nous porter vers l’écoute de ceux dans notre entourage qui pourraient être plus perturbés par cette nouvelle.

Nous nous devons dans de telles circonstances de nous serrer les coudes. Nous le devons à Thomas, à son père, à sa mère et à sa soeur.

Notre devoir est aussi donc, de nous tourner vers nos proches.

Un don à Tel-Jeunes a été évoqué par la famille, pour ceux qui le souhaitent.

Je ne veux pas interpréter, mais je crois que ça veut aussi dire de continuer à ouvrir nos oreilles et nos yeux.

En toute solidarité avec les parents, Alexandre Taillefer et Debbie Zakaib.

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, Journal de Québec / de Montréal, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire