Une charge de Françoise David contre François Legault

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section du blogue des «spin doctors».

La rentrée politique 2016 marque un changement de stratégie inusité pour Françoise David : elle s’attaque à la personne de François Legault plutôt que de s’en prendre à l’une de ses politiques.

Philippe Couillard avait déjà utilisé cette approche contre François Legault en l’accusant de « souffler sur les braises de l’intolérance », alors qu’il remettait simplement en question l’accueil d’immigrants supplémentaires au Québec dans d’aussi mauvaises conditions.

Françoise David va encore plus loin aujourd’hui en comparant le chef de la CAQ à Donald Trump.

Décidément, le dossier identitaire enflamme autant la leader de Québec Solidaire que celui du Parti libéral. Les deux en viennent même à perdre leur contenance.

Françoise David n’est pas reconnue pour ses attaques qui vise la jugulaire.

Dans ce cas-ci, la comparaison à Donald Trump n’est pas fortuite. Elle vise à capitaliser sur le très bas taux d’estime de la population du Québec envers le candidat républicain aux prochaines élections chez nos voisins du Sud.

Françoise David s’inspirerait de Gabriel Nadeau-Dubois qu’elle n’agirait pas autrement…

Certes, le sujet du burkini est souvent l’objet de charge émotive, mais il est quand même étonnant qu’il fasse sortir de ses gonds une personne qui se tient habituellement au-dessus de la mêlée dans ce genre de situation.

En publiant un message sur Facebook coiffé du titre de son gazouillis, Mme David précise qu’elle en a surtout contre le « test de valeurs » évoqué par François Legault, ce qui l’a fait sursauter. Le message est plus posé et il est accompagné de quelques questions.

Je décode de la réaction intempestive de M. Nadeau-Dubois et de Mme David qu’on espère établir un parallèle entre le chef de la CAQ et le bouillant Donald Trump dans l’espoir que François Legault lâche prise sur cet enjeu du burkini.

Une telle manoeuvre pourrait se retourner contre Françoise David qui n’est pas reconnue pour s’attaquer aux personnes. Habituellement, ce sont les débats d’idées qui l’intéressent.

Tenter de définir François Legault en le comparant à Donald Trump présente un risque. À force d’exagérer dans des réactions à certaines propositions politiques de la Coalition avenir Québec, on pourrait accuser Françoise David de sous-estimer l’importance de l’enjeu pour les Québécois tellement elle fait dans la caricature.

C’est un peu ce qui est arrivé à Philippe Couillard lorsqu’il a réagi de manière exagérée à la proposition de « rendre obligatoires les cours de français et les cours sur les valeurs québécoises offerts aux immigrants ».

Si traiter du sujet du burkini sous l’angle que veut prendre François Legault fait en sorte que Françoise David perde son habituel sens des proportions, on dira peut-être qu’elle refuse de se mettre à la place des nombreux Québécois qui s’inquiètent de ne pouvoir aborder dans l’espace public les politiques alternatives au laisser-aller dont font preuve certains intervenants.

Rapetisser le port du burkini dans l’espace public d’une plage ou d’une piscine à une simple affaire de liberté d’expression et d’égalité entre les citoyennes est une chose possible pour Québec Solidaire.

Mais enterrer le débat en agissant pour dépeindre François Legault comme un irresponsable du calibre de Donald Trump demeure une tactique douteuse qui déshonore une femme politique qui n’est pas tombée souvent à cette hauteur.

Il faut que le débat sur le burkini déplaise souverainement à Mme David pour qu’elle agisse ainsi !

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, Journal de Québec / de Montréal, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire