Archives par mot-clef : « Gouvernement ouvert »

Dominique Anglade doit rencontrer Dominique Anglade

Non seulement le nouveau Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation formé par Dominique Anglade ne tient-il pas en compte l’expertise des entrepreneurs de la région de la Capitale-Nationale, mais il évacue complètement l’apport potentiel des technologies de l’information et des jeunes pousses de la nouvelle économie. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Bernard Drainville et le service public

À l’occasion de son départ-surprise du Parti québécois et de l’Assemblée nationale, Bernard Drainville a beaucoup parlé de son engagement politique «combatif, pugnace, un peu sport extrême» qui le caractérisait. Il choisissait ses combats parmi tous ceux qui s’offraient à lui, c’est le moins qu’on puisse dire. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Être fermé à l’ère de l’ouverture

Je me fais un devoir d’encourager les initiatives qui montrent que nos administrations publiques cheminent dans l’adoption des principes du gouvernement ouvert. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Données Québec respecte les bonnes pratiques

J’ai souvent critiqué le manque de respect du gouvernement pour les bonnes pratiques dans le développement des projets informatiques. Dans l’élaboration du portail Données Québec, il me fait plaisir de souligner le professionnalisme de la démarche. Enfin une bonne nouvelle dans le domaine du numérique au Québec. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

L’étoile du match : Guillaume Lavoie

La consultation qui « vise à déterminer des éléments de l’encadrement du transport rémunéré de personnes par automobile » a terminé sa première journée à l’Assemblée nationale. On m’excusera d’emprunter la formule de certains qui écrivent à la suite de la diffusion de l’émission Tout le monde en parle, mais parmi les six principaux invités, je décerne ma première étoile au conseiller municipal de la Ville de Montréal Guillaume Lavoie. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

De l’ambition. Numérique.

La semaine qui vient de passer a été l’occasion de plusieurs annonces concernant le numérique. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Roche – papier – ciseaux

On nous annonce depuis quelques semaines qu’on va passer au peigne fin l’ensemble des programmes et des organismes de l’État québécois. C’est la Commission de révision permanente des programmes qui va s’en occuper, une nouvelle créature du gouvernement, présidée par une ancienne ministre libérale, Lucienne Robillard. La première année, ça va coûter entre 2 et 3,8 millions de dollars (selon que vous lisez ceci ou cela) pour recommander aux politiques ce qu’ils devraient faire. «C’est une unité à l’intérieur du Conseil du Trésor», nous explique son président, Martin Coiteux, «pas une nouvelle structure». Ah bon. (SUITE…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Bordel informatique : freinons l’immobilisme!

Plus ça change, plus c’est pareil, dans la gestion des grands projets informatiques au gouvernement. L’article de ce matin au Journal est sans équivoque : « Les fonctionnaires sont incapables de dire combien les projets informatiques ont coûté aux Québécois l’an dernier et cette année ». On a complètement perdu le contrôle! (suite…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Un peu du Québec dans l’Europe du numérique

Axelle Lemaire, est secrétaire d’Etat chargée du Numérique, auprès du ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, en France. Elle est née à Ottawa d’une mère française et d’un père québécois, a grandi au Québec (à Hull) et a rejoint la France à l’adolescence. Élue en 2012 députée de la troisième circonscription des Français établis hors de France (Europe du Nord), Mme Lemaire est à l’avant-plan des politiques numériques européennes. (suite…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire

Le vocabulaire de la transparence

Le 24 avril dernier, un communiqué issu du bureau du premier ministre annonçait « une série de mesures visant à renforcer la transparence de l’État et des façons de faire du gouvernement » :

« Nous nous engageons à donner aux citoyens le gouvernement le plus transparent et ouvert qu’ils auront eu au Québec ».

Depuis ce moment, tout est prétexte pour exiger du gouvernement Couillard de la transparence. À raison. Le gouvernement Couillard a mis la barre très haute. Mais la suite des événements s’avère décevante… (suite…) Continuer la lecture

Permalien | Écrivez un commentaire