Le bilan d’une autre expérience de journaliste citoyen

Il m’est arrivé à au moins une autre reprise d’écrire ce genre de billet. Il s’agit de ramasser ce qui reste au sortir de la couverture du Forum Québec, Carrefour International. Ce billet de Clément va m’aider puisqu’il formule de bonnes questions :
1. Quelle était votre intention lorsque vous avez choisi de consacrer votre journée à cet événement politique? Quelle était votre principale motivation? Pourquoi était-ce important pour vous d’être là?
Je voulais supporter le projet de faire de Québecune cité sans fil. Je souhaitais apporter une contribution au groupe en train de se former en illustrant concrètement jusqu’à quel point cette initiative avait de la valeur. De plus, je voulais faire la démonstration que de simples citoyens peuvent apporter une couleur différente à un congrès politique par leur blogue qui favorise la conversation Web. J’avais été invité; je ne voulais pas me contenter de faire un discours… si bon soit-il!

2. Qu’est-ce qui a été le plus difficile au cours de la journée? Qu’est-ce qui devrait être amélioré dans une future expérience de ce type?
Nous avons vécu un peu d’inconfort avec les commentaires sur les billets qui ne paraissaient pas assez régulièrement à notre goût sur la page «fédérative» de l’événement. Aussi, l’heure affichée sur la fameuse page ne correspondait pas à la réalité du moment où était publié mes billets, malgré qu’elle était exacte dans les paramètres de mon outil de publication. Bof… des détails bénins, sommes tout. Si je me force un peu à trouver d’autres bibittes, je dirais que j’aurais apprécié que davantage d’internautes se mêlent des débats, mais je me trouve exigeant…
3. Qu’est-ce qui vous a le plus étonné au cours de la journée?
Le fait que les gens du Bloc nous aient vraiment facilité les choses sans me demander quoi que ce soit côté allégeance politique des blogueurs. Lors de cette conversation avec un député, je me disais que je finirais bien par rencontrer des sceptiques face à la démarche… Il devait certainement y en avoir, mais l’ampleur annoncée de la position du Bloc dans les discours d’ouverture a mis les choses en perspective, j’imagine. Une p’tite dernière avant de passer à l’autre point. Je sors toujours très impressionné de ces expériences où la technologie nous permet d’agir avec autant de rapidité pour communiquer. J’apprécie à chaque fois la grande puissance des outils sociaux que sont les blogues…
4. Participeriez-vous à nouveau à un événement de ce type dans une perspective de journalisme citoyen?
Oui monsieur…
5. Comptez-vous assurer un suivi à ce dossier? poursuivre les échanges sur le sujet avec les blogueurs et lecteurs de vos blogues qui en manifesteront l’intention? SI oui, de quelle façon?
Le projet de faire de Québec une cité sans fil est loin de pouvoir se passer de suivi. Il y a d’autres personnes qui vont prendre le relais, mais je demeure très attaché à cette cause. Ce qui m’intéresse vraiment c’est la transformation de notre relation au savoir et la prise de parole citoyenne. Sur ces deux points, je vais continuer de saisir toutes les occasions qui vont se présenter. Mon blogue reste un précieux allié, mais je peux agir dans d’autres types de contextes tels que rencontres, animation, présence dans des médias traditionnels, etc. D’ailleurs, un projet avec un copain va probablement me fournir de belles occasions de continuer d’agir sur les communautés et l’apprentissage.
6. Que pensez-vous que les organisateurs de l’événement retiendront de cette expérience?
Je crois qu’ils vont réutiliser ce qu’ils ont «appris» lors de la prochaine campagne électorale. Je vais avoir beaucoup de plaisir à surveiller leur comportement de ce côté.
Voici quelques liens où il a été question de notre initiative :

Et je ne parle pas des endroits où il a été question dans les médias de Québec sans fil

 N.B. À noter que Michaël s’est imposé la même médecine de répondre à ces questions. D’ailleurs, je tiens vraiment à remercier chacun des coéquipiers pour l’intensité de leur collaboration.

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le bilan d’une autre expérience de journaliste citoyen

  1. Jean Trudeau dit :

    Je me permets trois autres questions…
    Serait-il possible d’élaborer sur la notion de ‘blogueur accrédité’? = invité? = trié sur le volet? = rémunéré ou devant assumer tous les frais inhérents? = tenu explicitement ou implicitement à respecter une ligne éditoriale (ne serait-ce que pour être réinvité)?
    Une telle formule serait-elle pensable pour non seulement des événements ponctuels mais des assemblées qui se tiennent périodiquement (ce qui permettrait un suivi… lucide!)
    Quel avantage y a-t-il à ce que les billets soient publiés dans les blogues personnels des accrédités? Pourquoi ne pas ouvrir un blogue collectif centré sur l’événement auquel plutôt tous contribueraient?

  2. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    Je vais donc me permettre trois réponses…
    Le Bloc s’est occupé d’accréditer six blogueurs que je leur ai recommandés. De fait, j’ai approché neuf personnes, mais six ont accepté. Dès le départ, les gens du Bloc ont accepté le principe que je sélectionne les blogueurs et en aucun temps, il a été question de critères. Personnellement, j’ai cherché du côté de blogueurs établis qui connaissaient bien Québec; leur ligne éditoriale m’importait peu. Le bloc m’a donné un petit budget pour mettre en ligne un site Web fédérateur des billets et des commentaires (quand j’ai dit petit, c’est petit petit). Aucune rémunération n’a été offerte aux blogueurs. Je leur ai payé le dîner du dimanche (à 14 h 30). J’ai donné comme consigne aux blogueurs de préciser leur ligne éditoriale avant l’événement (quelle qu’elle soit). Je leur ai demandé de faire comme ils font d’habitude pour gérer leur blogue. Ils pouvaient écrire le nombre de billets qu’ils voulaient, sur les sujets qu’ils voulaient; ils pouvaient gérer les commentaires selon les principes qu’ils avaient l’habitude de suivre. Bref… rien de spécial côté briefing de départ, si ce n’est qu’ils bénéficiaient des mêmes «privilèges» que ceux offerts aux journalistes «accrédités». Être réinvité ne faisait pas partie de velléités de départ.
    Je ne crois pas que nous ayons actuellement la masse critique de blogueurs pour assurer une présence à des événements périodiques, mais j’aimerais me tromper. Est-ce que la rémunération serait un incitatif qui pourrait résoudre l’équation? Je ne sais pas. Ce qu’on gagnerait en nombre, on pourrait le perdre en qualité. Qu’est-ce qui fait la qualité d’un blogueur en pareille circonstance? Hormis sa maîtrise du français et du «multitasking», je dirais le respect de sa ligne éditoriale et de son ton habituel.
    C’est d’ailleurs pourquoi j’ai pensé que les blogueurs devaient publier sur leur blogue personnel. D’une part, je ne croyais pas qu’un blogue collectif pouvait ramasser autant d’audience que la formule choisie et surtout, les blogueurs pouvaient conserver un maximum d’indépendance de cette façon. Le site Web que nous avons monté était celui du Bloc et le contenu «pompé» par les fils de nouvelles demeure celui des blogueurs. Si le site Web est mis hors ligne, chacun garde ses prérogatives… Le site ne devait servir qu’à faciliter le suivi des billets et des conversations. L’idée d’ouvrir un blogue collectif nous a traversé l’esprit, mais je préférais la formule du chacun chez soi. Aujourd’hui, nous avons reprogrammé le site pour que tous les billets soient affichés plutôt que seulement les quinze derniers. Je suis surpris du nombre de commentaires qui ont été déposés aujourd’hui dans les billets des blogueurs. Le site va peut-être avoir une vie utile plus longue que je pensais.
    J’espère que ces réponses te permettent d’apprécier notre démarche.

Laisser un commentaire