L’école et les réseaux

Je me disais…
C’est drôle d’entendre parler «du réseau de l’éducation», alors que plusieurs d’entre nous sont assez convaincus du peu de culture de réseau dans «le système».
Et je lisais…
Une discussion veut prendre chez Gilles avec comme ingrédients «l’enfant» qui est en réseau au moment où il entre en classe et le fait qu’il doivent (ou pas) se mettre «sur pause» de son réseau le temps qu’il est à l’école.
Je m’en voudrais…
Il faut quand même que je témoigne des exemples que je rencontre. Il y a quand même des expériences qui prouvent que l’école peut tenir compte des réseaux. À commencer par Jon Beasley-Murray qui «a posé comme défi à ses étudiants de faire accepter leurs travaux comme» de véritables articles dans Wikipédia…
Si maintenant…
Je me demandais, c’est quoi, la prochaine étape au moment où tellement d’intervenants en éducation veulent s’affirmer «dans le réseau» et nous convaincre de la pertinence de leur «agenda»?
Et puis bon…
Ces jeunes qui nous regardent aller, ont-ils vraiment le goût dans «nos écoles» de partager notre conception «des réseaux»? Quelle sorte d’exemple est-ce que nous leur offrons par nos comportements d’adultes?
Je reformule…
J’aime bien la question de Gilles (du billet cité plus haut), «Quand l’école accueillera-t-elle l’élève-réseau?», mais je crois qu’il faut plutôt demander «Quand l’école (et les adultes) accueillera-t-elle l’idée d’un fonctionnement en réseau?»
N.B. À propos de l’expérience positive engageant Wikipédia et un enseignant de l’Université de Colombie-Britannique, il y a un bon suivi @ «Sur le Web de R.-C.».

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire