«Towards Internet Newspaper through Link Journamism»

Dans la foulée de ce billet sur l’utilité des commentaires dans les blogues et surtout, de ce commentaire chez Nelson Dumais, je continue de réfléchir sur la question de la culture Web des groupes-média qui encouragent leurs journalistes (ou tout autre contributeur) à devenir blogueurs (ou Webreporters). D’ailleurs, Nelson Dumais a poursuivi sa réflexion dans un autre billet où la discussion se continue sur le sujet, «des commentaires …». Tout indique qu’on peut s’attendre à des changements concrets sur certains blogues de journalistes, il faut croire, en matière d’encadrement des espaces Web, du moins.
Jean-Marie Le Ray (mon collègue des Explorateurs du Web) arrive aujourd’hui avec une contribution intéressante à ce débat en, «mixant mes[ses] pensées à celles de Jeff Mignon» pour conclure:

«Je dirais qu’aujourd’hui, ce qui manque le plus aux journaux traditionnels, et aux journalistes qui les font, c’est une culture Web, ou mieux, une Web attitude ! ;-) »

Les lecteurs de journaux d’antan deviennent de plus en plus rédacteurs de commentaires sur les espaces Web des journaux (mal vraiment nécessaire?) et ce n’est qu’une des pointes de cet iceberg des changements qui émergent où l’audience d’hier devient aujourd’hui productrice de contenu, composée de ces nouveaux «experts» qui veulent partager leurs opinions. Même si dans la majorité des cas, les lecteurs restent silencieux, ils deviennent des consommateurs d’information voulant être plus autonomes.

J’aime bien le texte «Migration Point for the Press Tribe» de Jay Rosen traduit (avec sa permission) par Jean-Marie dans un autre billet très complet où il réfléchit sur le comportement des journalistes traditionnel face à la montée du Web en tant que lieu de «publication distribuée». Ce passage me frappe:

«C’est de là que vient l’idée d’un journalisme pro-am. Je pense que les formes hybrides seront les meilleures – l’ouverture avec ce qu’il faut de contrôle, les amateurs travaillant au côté des pros -, mais cela signifie que nous devrons appréhender comment fonctionnent ces formes mixtes de collaboration. Arianna Huffington, Amanda Michel, Mayhill Fowler, Marc Cooper et moi-même, accompagnés par plus de 3 000 membres abonnés, sommes actuellement plongés dans une tentative de ce genre, OffTheBus

Une partie de la culture Web que les journalistes ont donc à s’approprier ne s’arrêtera pas à la gestion des conversations dans leurs espaces. Ils devront aussi favoriser l’interconnexion tous azimuts, évitant de n’utiliser que l’autoréférencement, ce que certains (peu) ont déjà compris. Cela nous ramène encore à Jean-Marie:

«À tel point qu’Outre-Atlantique les professionnels commencent à évoquer la notion de « link journamism« , fort bien résumée par ce slogan de Jeff Jarvis : “Do what you do best, and link to the rest”…»

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à «Towards Internet Newspaper through Link Journamism»

  1. La prise de conscience est salutaire, mais bien des blogueurs « non-vedettes » qui voient évoluer les commentaires sur les blogues des vedettes comme Lagacé, Vastel ou Blanchette, ont vu venir cette crise depuis des années. Ce qui me dérange dans cette prise de conscience tardive, c’est le risque de réduire la blogosphère à deux pôles: d’un côté, les journalistes dépassés par la popularité de leur blogue et par la profusion d’imbéciles qui y envoient des commentaires débiles. De l’autre, la profusion de blogueurs qui ouvrent des blogues sans intérêt autre que le Je-Me-Moi.
    Sauf que, et Mario, tu es bien placé pour le savoir, jamais la partie la plus dynamique de la blogosphère n’a été dans l’un ou l’autre de ces pôles. Le véritable dynamisme, les dialogues les plus stimulants, les conversations les plus mémorables, les billets qui, un an ou deux plus tard, valent encore la peine d’être cités, tout cela est venu de blogueurs qui n’étaient pas des vedettes (et dans la plupart des cas, ne le sont toujours pas). Des blogueurs semi-spécialisés, en éducation, en culture, en politique, en sport, en environnement, en science, qui parlent à un auditoire semi-spécialisé, et qui intéressent durablement cet auditoire justement parce qu’ils ne font pas dans le Je-Me-Moi.
    Mais il faut voir ce que ça signifie, cette expression « auditoire semi-sécialisé »: tous ces blogueurs vont chercher un auditoire plus gros et plus diversifié que celui qu’ils auraient jadis eu, avec une chronique dans le newsletter de leur association. Ils créent aussi une conversation pas mal plus dynamique que celle qu’ils auraient eu jadis, en publiant à peu près une lettre par année ou par deux ans dans La Presse. Rien que pour ça, ça vaudrait la peine qu’on s’épanche un peu moins sur l’impact des blogues des journalistes-vedettes, et qu’on consacre un peu plus d’énergie à étudier l’impact de la portion de la blogosphère qui, nous tous qui lisons ce blogue, nous intéresse beaucoup plus.

Laisser un commentaire