Harper n’a pas compris le message; faut-il souhaiter Dion?

Oui, parce que ce ne sera pas long et que ça ne risque pas de faire mal!
C’est ce que je me dis, même si ça ne me plaît pas vraiment de l’entendre. Il faut dire que la semaine qui se termine passera à l’histoire comme celle où le verbe «proroger» n’a jamais été prononcé aussi souvent au Québec. Stephen Harper a gaffé, ça tout le monde s’entend. Pas étonnant que les militants conservateurs du Québec soient eux-mêmes devenus inquiets; le P.M. idéologue a surgi de nulle part cette semaine, le temps de s’apercevoir qu’il y avait de l’opposition devant lui. Cette opposition est venue du Bloc, pas de surprise jusque-là. Que M. Layton n’ait pas aimé l’énoncé économico-politique présenté jeudi dernier, personne ne sera très surpris non plus. La surprise vient davantage du fait que les libéraux fédéraux ne se soient pas écrasés comme c’est le cas depuis qu’ils ont ont perdu le scrutin d’octobre 2007. Il faudra se souvenir que le Bloc, par son appui à une entente, ne permet pas vraiment au parti du scandale des commandites de se refaire une santé; l’intervention télévisée de Stéphane Dion passera à l’histoire comme étant une des plus poches de l’histoire canadienne. Ce soir, quelques députés du parti de Stéphane Dion ont déjà les genoux un peu mous. Je ne crois pas qu’il faille blâmer Gilles Duceppe pour autant…
Les mots très durs prononcés par Stephen Harper à l’endroit des séparatisssssses me sont passés de travers dans la gorge hier. Il a beau dire que les députés du Bloc sont «légitimes» à Ottawa, chacun sait qu’il a largué le Québec. Il aura réussi à faire l’unanimité contre lui au Québec ce qui n’est pas une mince tâche, l’ensemble des formations politiques au Québec reconnaissant qu’il n’a pas géré son gouvernement tel que le prescrit son caractère minoritaire.
Maintenant, on fait quoi devant le retrait probable des mesures qui ont soulevé l’ire de ce qui est convenu d’appeler la coalition? On vote de quel bord au Québec? On tient quel discours autour de la dinde de Noël en tant que Nationaliste? Celui de Mathieu Bock-Côté qui affirme que le Bloc pratique un «souverainisme centralisateur» qui fait de lui une «succursale québécoise du NPD» ou plutôt celui de mon ami Clément Laberge qui revendique que «le nationalisme doit avoir des limites et [que] la volonté de faire du Québec un pays doit continuer d’être motivé par un projet de société (lequel nous manque cruellement aujourd’hui) et par des valeurs humanistes.»
Je l’ai déjà dit, ce positionnement droite/gauche crée davantage de «confusion quand vient le temps d’essayer de se comprendre au niveau des idées» qu’autre chose. Dans le cas des événements de cette semaine, je me range entièrement aux arguments de Monsieur Duceppe et je lui réitère toute ma confiance.
Gilles Duceppe n’a pas choisi Stéphane Dion.
Gilles Duceppe a choisi de bloguer l’idéologie de Stephen Harper et Stéphane Dion est un instrument qui sert autant la cause des nationalistes que celle de ceux qui croient à certaines valeurs économiques et sociales.
Stéphane Dion, père de la loi sur la clarté, instrument du nationalisme québécois… J’aime assez ce retour de l’histoire.
Pour le reste, je ne me compte pas d’histoire. M. Harper va reculer le temps d’une prorogation et va refouler son idéologie pour survivre.
Le mal est fait.
On va probablement retourner en élections, tôt en 2009.
C’est un scénario qui ne me rebute pas. J’imagine que M. Duceppe n’aura pas vraiment à choisir entre le maintien de sa signature à une entente et le souhait de repasser par l’appel au peuple au lendemain du budget qui sera déposé vers le 27 janvier 2009. Mon petit doigt me dit que les libéraux vont céder bien avant le Bloc et le NPD au mirage conservateur, convaincus que «leur association» avec les séparatisssssses n’est pas le reflet de «la clarté» légendaire dont ils ont toujours fait preuve. Dans le cas contraire, subir Stéphane Dion comme premier ministre jusqu’en mai ne fera pas mal à mon amour pour le Québec.
Si le reste du Canada veut jouer aux braves avec un P.M. idéologue, il ne me mérite pas!
N.B. J’ai intérêt, jusqu’à un certain point, à ce que le Bloc québécois soit fort au Québec; les détails, par ici.

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Harper n’a pas compris le message; faut-il souhaiter Dion?

  1. Martin Comeau dit :

    « Gilles Duceppe a choisi de bloguer l’idéologie de Stephen Harper et Stéphane Dion est un instrument qui sert autant la cause des nationalistes »
    Ton lapsus, bloguer, est intéressant ;-)

  2. Avatar de Mario Asselin Mario Asselin dit :

    J’ai corrigé…
    «Intéressant», comme tu dis ;-)

Laisser un commentaire