Cette fois où Marianne Faithfull m’a fait rougir…

La vie de « blogueur officiel » est souvent parsemée de belles rencontres, mais celle-ci avait de particulier que Marianne Faithfull est ni plus ni moins une légende vivante. Sa carrière de chanteuse a pris son envol en 1964 par des compositions de Mick Jagger et Keith Richards des Rolling Stones (« As Tears Go By », par exemple). Entre cet album et son dernier (son 23e) « As Tears Go By, elle a tourné de nombreux films et vécu plus d’aventures rocambolesques que d’aucuns en plusieurs vies…
Elle s’est présentée à nous très simplement, attendant les questions et y répondant une à une jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Nous avons échangé avec elle sur le concert de demain, sa vie à Paris (elle a déjà habité Montréal) et ses projets futurs. Je lui ai demandé si dans notre contexte francophone, elle avait prévu insérer une des pièces de Serge Gainsbourg dont elle a déjà fait «un cover» et on doit s’attendre à un enchaînement semblable à celui du récent Festival de Jazz de Montréal. Néanmoins, Gainsbourg a fait partie de la courte liste des grands avec qui elle a adoré travailler.
Marianne_faithfull.jpgHeureuse de pouvoir échanger avec les fans par Facebook, Mme Faithfull n’a rien perdu de ses réflexes de séductrice. Au moment de se dire à demain, elle me regardait droit dans les yeux et dans un anglais qui sonnait comme de la musique à mes oreilles, elle me dit «vous avez de beaux yeux»!
Il paraît que le rouge me va très bien…
À suivre demain soir sur la scène Molson Dry à 21 h 45.
N.B. Ce billet a aussi été publié sur le blogue du Festival d’été
Crédits photo : Jazz Fest Wien Team sur Flickr.
Mise à jour du lendemain : L’anecdote est racontée dans l’édition du Soleil d’aujourd’hui.

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Cette fois où Marianne Faithfull m’a fait rougir…

  1. Mario Asselin: comment perdre tous les points que tu avais gagnés avec ton billet d’hier.

Laisser un commentaire