Le bilan de mon 5e Ludovia

Certains copains blogueurs ont déjà eu le temps de publier leur bilan (Jean-Marie, Lyonel, Emmanuel), d’autres l’ont fait au jour le jour (Caroline); quelques-uns le feront plus tard. De toute façon, comme dirait Laurence, « chacun fait son Ludovia à sa manière »…
Je ne fais pas différent des autres; par exemple, j’ai privilégié la pétanque au #claved. Nommer l’ampleur de la surcharge cognitive qui survient en passant d’une activité à l’autre, bombardé littéralement de prises de conscience, motivé à échanger par les dispositifs numériques qui font défiler devant soi la panoplie des points de vue, certains me faisant bondir de notre siège, d’autres, me collant un gros sourire au visage pour quelques minutes. C’est ça aussi Ludovia.
blogueurs_ludovia.jpg

Le travail avec mes camarades en première ligne dans l’amphithéâtre s’est encore avéré passionnant. Plus le temps avance, plus les liens qui se tissent se raffermissent et s’il n’y avait pas d’activité en Ariège à la fin d’août, il faudrait l’inventer. Bien sûr, il y a l’informel, cet espace-temps où on refait le monde, mais dans les moments très formels, nous sommes capables de beaucoup de complicité également. Il faut parler de la table ronde où de nombreux politiques intervenaient pour mieux comprendre ce que je veux dire. Le blogue de François

« Les esprits dans la salle se sont échauffés dès qu’on a abordé la question des réseaux sociaux. Les énormités exprimées par des membres du panel, et de manière plus inquiétante par un représentant du milieu scientifique, témoigne d’une ignorance et de préjugés à l’endroit des réseaux sociaux. Je prends à témoin cette affirmation que les individus dans les réseaux sociaux expriment une identité personnelle, distincte de leur identité professionnelle ou institutionnelle. C’est ignorer tous les usages que les professionnels font des réseaux sociaux, même en éducation. Il n’y a pas dans Facebook que des gens qui font le clown en maillot de bain. »

Les blogueurs ont souvent donné le rythme aux débats, autant sur le Web que sur place…

On pourrait parler de l’accueil aussi chaleureux qu’à l’habitude, de la bonne nourriture et du fait que le nombre d’inscriptions va dans le bon sens pour expliquer, aussi, pourquoi on revient tous enchanté de notre séjour à Ax-les-Thermes. L’équipe de Éric Fourcaud fait un boulot extraordinaire. L’édition 2012 semble s’organiser plus tôt, pour le début juillet… faudra voir ce que ça donnera.

Je laisse le mot de la fin à Laurence Juin qui par son billet nous suggérant de prendre des risques réfléchis dans l’introduction des médias sociaux à l’école me paraît bien résumer l’esprit du rassemblement de cette année :

« J’avance pas à pas, tweet après tweet. Rien n’est acquis. La seule certitude que j’ai c’est bien cette nécessité absolue à éduquer l’élève à l’internet et en particulier aux réseaux sociaux. Parce qu’on ne peut pas nier aujourd’hui la place du Web 2 dans la société et donc dans le quotidien de l’élève. Parce que le rôle de l’école est de l’éduquer dans sa place de citoyen. L’école n’est pas un simple distributeur de savoirs. Ce que l’élève y apprend doit lui permettre de s’inscrire comme citoyen responsable et actif. »

Merci à chacun qui est passé par ici de façon à contribuer à faire vivre notre conversation dans un événement qui déborde largement les frontières de la France…

Ce contenu a été publié dans Je réfléchis, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire