L’État et les entreprises : des victimes ?

« Je m’attendais à ce que ce soit difficile de faire passer notre message dans la population, mais c’est devenu pire avec le temps »

Cette citation vient du président du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval issue d’un article paru ce matin au Devoir, « L’État et les entreprises sont victimes des médias sociaux ».

Depuis que monsieur/madame tout le monde peut prendre la parole publiquement via Internet sans connaître l’informatique et sans passer par le filtre d’un grand média, les institutions et les groupes de pression se plaignent souvent que leur message soit de plus en plus difficile « à passer ».

Je participais à un panel avec Réjean Parent (Président de la Centrale des syndicats du Québec) et son témoignage allait un peu dans le même sens : « Ils contribuent davantage à mêler tout le monde qu’à informer ».

Pas facile de s’adapter.

Et quand je parle de s’adapter, je ne veux pas nécessairement dire de s’ouvrir un canal de diffusion via un blogue, Twitter ou Facebook. Je veux parler de l’importance de se placer dans le « mode conversation ». C’est sur ce point précis que les Dorval et Parent de ce monde trébuchent. Ils peinent à comprendre que la communication d’aujourd’hui, celle qui vise à convaincre en particulier, passe par l’axe de l’écoute, de l’affirmation de son point de vue et du dialogue.

Si les faits et les données probantes occupent encore beaucoup de place, les arguments basés sur de l’information de qualité doivent être servis à chaud, dans le bon contexte, à l’intérieur d’une conversation et encore mieux, par personnes interposées.

On quitte doucement le mode «One to Many» pour passer à un autre «Many to Many» et la tâche devient davantage d’outiller son réseau de proximité, d’accepter de perdre le contrôle de son message et de laisser les gens de notre entourage qui se sont donné leur propre média « faire le travail », à leur façon, dans leurs propres mots, eux-mêmes engagés dans des conversations.

Messieurs/Mesdames de l’État, des entreprises et des groupes de pression vous n’êtes plus seuls à avoir une voix au chapitre !

Vous plaindre dans les grands médias que vous êtes des pauvres victimes n’y changera rien… Apprenez à prendre votre place dans ce nouvel écosystème.

Ah oui… j’oubliais. Sur les médias sociaux, on n’échange pas avec des organisations, mais avec des personnes. Vous devrez aussi apprendre à cesser de vous cacher derrière des porte-paroles et des gens en relation publique pour vous investir personnellement dans la gestion de vos communications.

Bienvenue au vingt-et-unième siècle !

Ce contenu a été publié dans Je partage, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire